Témoignage de Arnaud Delpuech, RTE : « Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients »

Gestionnaire du réseau de transport d’électricité en France, RTE procède au cas par cas pour optimiser le financement et la gestion des 2 800 véhicules de sa flotte.

- Magazine N°217
1116
Témoignage de Arnaud Delpuech, RTE :

Arnaud Delpuech est gestionnaire du parc de véhicules de RTE.

« Tout dépend du mode de gestion de l’entité ou du service, du type de véhicule, s’il est transformé ou non et s’il est attribué à un seul conducteur ou plusieurs, précise d’emblée Arnaud Delpuech. Les véhicules attitrés sont le plus souvent financés en acquisition, pour des raisons historiques. Nous les faisons durer et ils sont entretenus en bon père de famille. Mais le financement reste aussi liés aux services : certains sont plus performants en LLD, d’autres en acquisition. Quant aux camionnettes, elles passent en acquisition si elles sont aménagées. En revanche, les quelque 400 véhicules en pool sont presque tous en LLD. Nous dimensionnons les pools pour couvrir 90 % des besoins des services », complète-t-il.

RTE fait aussi appel à la LCD pour de longs trajets ponctuels ou des déplacements sur plusieurs jours, et rembourse en IK les petits trajets ponctuels. Arnaud Delpuech évalue le coût du kilomètre entre 25 et 30 centimes pour l’achat ou la LLD, entre 35 et 40 centimes en LCD et à 50 centimes pour les IK.

Chaque solution présente ses avantages et ses inconvénients : « La LLD offre plus de flexibilité. L’acquisition permet d’amortir sur cinq ans et les années suivantes sont blanches sur le plan comptable », analyse Arnaud Delpuech. Mais l’éventail des solutions employées rend complexe un calcul très fin du TCO : « L’acquisition réclame plus de ressources en interne, la LLD moins. Mais il est difficile de faire entrer cette donnée dans les coûts pour comparer », conclut le responsable.

La flotte de RTE en chiffres

• 2 800 véhicules dont 800 VP et 1 600 VU et véhicules de service