Gestion des données : une démarche à structurer

Mathieu Charpentier, JCDecaux : « Éviter le constat a posteriori des dépenses de réparation »

Spécialiste de la publicité urbaine à la tête d’environ 2 200 véhicules, JCDecaux suit sa flotte de très près, notamment en ce qui concerne la remontée des données liées aux réparations.

- Magazine N°224
1473
Mathieu Charpentier, JCDecaux

 Mathieu Charpentier est directeur de la flotte automobile chez JCDecaux.

« Avec les réparations de voiture, des processus de validation interne évitent le constat a posteriori de dépenses engagées par un conducteur. Dès qu’il y a une réparation mécanique lourde, supérieure à 1 000 euros, l’information est remontée systématiquement : depuis le supérieur hiérarchique du conducteur en passant par le directeur technique, notre délégué régional en charge de la flotte, jusqu’à moi-même. Il y a un triple stade de validation.

Pour les travaux inférieurs à ce montant de 1 000 euros, la décision revient au directeur technique. Mais s’il s’agit d’un...

Gestion des données : une démarche à structurer