Témoignage de Patrick Grondin, Véhiposte : « Mesurer l’écart entre état réel et état attendu du véhicule”

Loueur du groupe La Poste, véhiposte évalue très en amont les frais de restitution pour les plus de 64 000 véhicules loués en interne aux différences agences de l’opérateur postal.

- Magazine N°219
980
Patrick Grondin

Patrick Grondin est directeur de l’exploitation et des ventes de véhicules d’occasion chez Véhiposte.

« En tant que loueur des véhicules de La Poste, nous informons et communiquons avec les agences locales, nos clients, pour les alerter avant toute restitution, afin qu’ils la préparent en amont. Ce qui est indispensable : ils doivent être informés du processus et suivre l’état des véhicules tout au long de la location. C’est la clé d’une restitution réussie et c’est l’une des tâches dévolue aux managers locaux responsables de flotte », explique Patrick Grondin.

Son astuce pour permettre à ses clients de mesurer l’écart entre l’état réel du véhicule et celui attendu lors de la restitution ? Une évaluation réalisée entre 12 et 24 mois auparavant, les véhicules étant le plus souvent loués sur 72 mois. « La gestion opérationnelle est déléguée à deux plateaux techniques qui demandent systématiquement aux garages cette évaluation, réalisée lors d’un passage pour révision par exemple. Ils prennent des photos, estiment et chiffrent les dommages en fonction d’une grille préalablement validée. Nous informons les clients par le biais de l’extranet ou du reporting mensuel et ils décident s’ils font réparer, repeindre ou non. Pouvoir valoriser cet écart, et donc les éventuels frais de restitution à venir, a aussi un impact important en matière de sensibilisation », détaille Patrick Grondin.

Particularité chez Véhiposte, deux modes de calcul sont envisagés en fonction du type de véhicule. Pour les VP, Véhiposte facture les traditionnels frais de restitution comme tout loueur. Pour les véhicules d’exploitation, les clients paient une dépréciation complémentaire en fonction de la perte enregistrée à la revente, perte liée à l’état ou au kilométrage des véhicules revendus en l’état.

La flotte de la Poste en chiffres

• 64 000 véhicules dont 17 % de VP (véhicules de fonction) et 57 % de VU (véhicules d’exploitation)