Teqmo : inauguration du centre d’essai de véhicules autonomes

L’Utac Ceram a inauguré lundi 17 juin à Montlhéry un centre d’essai pour les véhicules autonomes et connectés en présence des constructeurs et opérateurs partenaires et de membres du gouvernement et d’élus.

1246
teqmo (2)

Baptisé Teqmo pour technologie et mobilité, ce centre servira à tester des cas d’usage pour les véhicules autonomes et connectés. Laurent Benoît, président de l’Utac Ceram, fier de l’aboutissement du projet lancé fin 2018, a déclaré : « Teqmo, c’est 12 km de pistes avec 6 zones de route pour les essais et l’homologation de véhicules autonomes. Ce projet de 20 millions d’euros a notamment été soutenu par la région Île-de-France. » Cette somme a permis au centre de s’équiper de plusieurs solutions de communication vehicle-to-everything (V2X), à savoir le wifi (5G) et plusieurs réseaux cellulaires opérés et non opérés (LTE, 5G et PC5), déployés en partenariat avec Orange, Bouygues et Ericsson.

Des feux connectés, des robots de conduite et des cibles mobiles imitant piétons, cyclistes et véhicules, mais aussi des équipements de simulation sont également au programme. Lors de l’inauguration du centre, nous avons d’ailleurs pu monter à l’intérieur de véhicules d’essai pour une session de test.

teqmo pistesantenne 5G teqmo

Session test

Était notamment présenté un exemple de communication entre des véhicules des marques Renault et PSA. Les deux véhicules interagissaient dans le cadre de notifications de stationnement et de freinage.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

L’institut Vedecom a aussi fait la démonstration d’un test de communication à faible coût grâce à une série de boîtiers disposés sur les véhicules et les infrastructures. En circulant sur la piste Teqmo, nous avons reçu des alertes d’accident puis de formation d’un bouchon, envoyées par les boîtiers.

L’Utac présentait de son côté un véhicule autonome d’essai capable de freiner automatiquement avant une collision en cas d’absence de réaction du conducteur après un signal sonore et visuel, et ce jusqu’à 70 km/h.

teqmo 4teqmo 2

Des politiques engagés dans le véhicule autonome

Lors de l’inauguration, plusieurs élus ont marqué leur soutien au développement des véhicules autonomes en faisant le déplacement au centre Teqmo. « Si la Waymo de Google a des millions de km au compteur, c’est que nous sommes déjà en retard », a déclaré Valérie Pécresse. « La région Île-de-France va d’ailleurs investir dans l’équipement d’autoroutes intelligentes avec des capteurs, a signifié la présidente de la région Île-de-France. La convergence entre les transports individuels et collectifs est enclenchée. »

teqmoteqmo 3

Une réglementation à adapter

Pour les politiques présents, identifier la responsabilité en cas d’accident est un défi majeur, autant à l’échelle européenne que nationale. « La loi croissance et transformation des entreprises sera responsable du travail législatif autour du véhicule autonome », a rappelé Bruno Lemaire. Selon lui, le responsable en cas d’accident serait le fabricant de la technologie. Un futur casse-tête juridique pour ce marché qui attire toutes les attentions et active des milliards de dollars d’investissements. D’où l’importance de multiplier les essais.