Des dispositifs de contrôle automatique des surcharges en test

Depuis septembre dernier, le Cerema et l’Ifsttar expérimentent sur l’autoroute A4 deux dispositifs automatiques de contrôle du PTAC des camions et des VUL. Objectif : remplacer les 28 sites hexagonaux de contrôle statique à partir de 2021.

455
contrôle automatique des surcharges

Depuis 2008, 20 millions de poids lourds et de VUL ont été contrôlés en France pour des suspicions de surcharge et 95 % des contrôles se seraient montrés positifs. Pour mettre fin à cette pratique de la surcharge qui dégrade les voies, constitue une concurrence déloyale pour les entreprises et menace les usagers de la circulation routière, le Cerema et l’Ifsttar expérimentent sur l’autoroute A4, près de Saint-Avold (57), deux dispositifs de contrôle automatisé de la charge des véhicules de transport de marchandises.

Conçus l’un par la société française Sterela et l’autre par le constructeur autrichien d’automatismes Kapsch, les deux systèmes bénéficient d’une instrumentation Iffstar-Cerema pour photographier tout véhicule suspecté de surcharge. Les données sont alors traitées automatiquement et tout résultat positif à 5 % près lance une verbalisation « à la volée » des véhicules contrevenants. Pour le moment, la sanction reste encore assujettie à confirmation lors d’un contrôle statique du poids du véhicule, mais le Cerema et l’Ifsttar espèrent avoir choisi et mis au point l’un des deux systèmes pour la fin 2020 afin de le généraliser dans toute la France. Débutée en septembre, l’expérimentation durera jusqu’en 2020.