Transports Thévenet : un Volvo FM Electric pour les navettes logistiques

Les Transports Thévenet enrichissent leur flotte d’un premier Volvo FM Electric à longerons en vue de décarboner les douze navettes qui approvisionnent leurs clients logistiques.
1519
Thévenet Volvo FM Electric
Avec son FM Electric à déchargement automatique, Eric Thévenet peut assurer 12 à 15 navettes de nuit comme de jour.

Après avoir passé 30 % de ses poids lourds aux énergies alternatives, les Transports Thévenet se mettent aussi à l’électromobilité en intégrant un Volvo FM Electric de 490 kWh et 44 t de PTRA. Avec ce véhicule, qui fait partie de la flotte pour son client L’Oréal, il inaugure une livraison par navette électrique.

Eric Thévenet

Dans le détail, sur 110 moteurs, les Transports Thévenet disposent de huit Stralis Iveco au GNL pour les trajets nationaux, d’un porteur hybride et de 24 véhicules industriels roulant au B100 ou au HVO-XTL pour assurer les milliers de navettes entre son entrepôt, lequel sert de centrale internationale de stockage avancé pour L’Oréal, et l’usine du cosméticien.

Pour Eric Thévenet, dirigeant des Transports Thévenet, « le Label CO2 est un avantage pour améliorer et individualiser la relation avec les clients dès qu’ils vous poussent à consommer moins de gazole. » À noter que les Transports Thévenet, basés à Creuzier-le-Vieux (03), affichent un chiffre d’affaires de 26 millions d’euros.

Transports nocturnes et déchargements automatiques

Avec ses longerons en acier produit sans émission de CO2, le Volvo FM Electric offre une primauté française à L’Oréal. Son autonomie de 300 km pour une navette s’effectuant sur 2 km de distance, son déplacement silencieux et ses équipements sécuritaires le rendent apte à circuler de nuit. Un avantage qu’Eric Thévenet a renforcé en lui affectant « une semi-remorque d’une capacité de 56 palettes gerbables ». « Leur plancher roulant permet un chargement et un déchargement automatique en 30 secondes et sans intervention humaine, explique le dirigeant. Nous pouvons ainsi livrer 24h/24 et 7j/7, soit de 84 à 105 rotations par semaine. Un rythme adapté aux 15 000 palettes que représente notre stock avancé. » S’ajoutent à cela « une réduction de nos coûts de manutention de 10 % et une renforcement de la sécurité des manutentionnaires », complète L’Oréal.

Le tapis roulant de la semi-remorque décharge 56 palettes en trente secondes en toute sécurité.

11 autres navettes possibles

Selon Eric Thévenet, même l’investissement s’est avéré attractif. « L’Oréal nous ayant accordé un contrat de transport longue durée, nous avons pu signer un contrat de location longue durée full service avec Volvo Financial Services, rapporte-t-il. De surcroît, Volvo Financial Services a géré l’obtention des aides à l’investissement. L’intégration de ce véhicule dans notre flotte est donc indolore. » Par conséquent, ces avantages ont généré l’envie de répéter l’expérience sur d’autres opérations. En effet, « onze autres véhicules effectuent pour des clients des navettes pour lesquelles l’électromobilité conviendrait », indique Eric Thévenet.

Thévenet envisage onze navettes électriques quotidiennes en FM Electric pour d’autres clients.

Test de l’hydrogène avec Michelin

Courant 2023, le transporteur lancera une seconde navette électrique locale et journalière pour un client qui nécessite plusieurs arrêts. Une autre navette pour les pré- et post-acheminements des transports rail-route sur Clermont-Ferrand, pour Michelin, serait aussi possible avec une recharge intermédiaire, ainsi que des livraisons urbaines ne dépassant pas 200 km. Enfin, l’ouverture en mars 2023 d’une station à hydrogène chez Michelin sera l’occasion pour Thévenet de tester cette énergie sur de longs trajets.

Pour son client Michelin, qui ouvrira une station d’hydrogène, Eric Thévenet pense intégrer un VI à hydrogène. © Michelin
PARTAGER SUR