La conduite au service des économies

Thierry Plat, responsable de la flotte d’Otis : « Grâce à l’éco-conduite, notre facture de carburant a baissé de 4 % »

Spécialiste de la conception, de la fabrication et de la maintenance d’ascenseurs et de monte-charges, Otis dispose d’une flotte de 3 800 véhicules. Lors du dernier Mondial de l’Automobile, l’entreprise a reçu le Trophée de l’optimisation du poste carburant remis par Arval dans le cadre de ses trophées Environnement & Sécurité. Thierry Plat, responsable des achats opérationnels, détaille les actions menées.

- Magazine N°145
910
OTIS

« Près de la moitié du chiffre d’affaires réalisé grâce à notre flotte par Arval, notre loueur, est mobilisée par le carburant. Auparavant, nous travaillions en direct avec Total qui nous facturait une avance sur la consommation puis, une régularisation sur le réel consommé en fin de mois. Désormais, Arval gère pour nous la prestation globale en matière de carburant et nous avons ainsi une vision plus rapide et plus précise sur la prise de carburant, sur la consommation de chaque véhicule. Quand le prix du carburant a augmenté, nous avons décidé d’être encore plus vigilant sur ce poste et de mettre en place un suivi national de la consommation véhicule par véhicule.

Avec Arval, nous avons décidé de sensibiliser un échantillon de nos conducteurs à l’éco-conduite. Nous avons participé au challenge organisé par le loueur (NDLR : rallier Paris à Brest en consommant le moins de carburant) et une équipe d’Otis qui avait été formée au préalable est arrivée deuxième. Nous avons capitalisé sur ce résultat pour mener des actions ciblées auprès de nos conducteurs. Nous avons créé un challenge interne entre les quelques 350 différentes équipes (de 10 à 12 techniciens chacune) qui interviennent sur nos chantiers. Arval nous a permis de reconstituer la consommation moyenne de chaque équipe au départ du challenge et, selon les relevés de consommation mensuels, nous mesurons l’évolution des différentes équipes. Ceux dont les dérapages sont importants suivent une formation à l’éco-conduite grâce à des documents fournis par Arval et que nous avons adaptés à nos besoins. Pendant deux heures, ils sont sensibilisés par nos responsables de la sécurité régionaux à l’influence de la vitesse, du passage des rapports, du style de conduite, du chargement du véhicule… sur la consommation mais aussi sur la sinistralité. Grâce, entre autres, à ces actions, en 2008, notre facture globale de carburant n’a augmenté que de 5 % alors que les tarifs du gazole ont augmenté de 9 %. La première réaction des conducteurs est de juger ces formations comme superflues. Mais à l’issue de la matinée de sensibilisation, ils sont plutôt satisfaits et étonnés par les conseils qui vont parfois à l’encontre de ce qui est transmis lors de l’apprentissage du permis. Ceux qui jouent le jeu sont contents des résultats.

Avec six mois de recul, le bilan est très satisfaisant, mais nous n’en sommes qu’au début de cette nouvelle approche. Dans l’avenir, nous envisageons également des formations sur simulateur de conduite. Pour l’instant, nous avons renoncé à installer des systèmes embarqués pour mesurer les consommations et analyser la conduite. Plus globalement, l’éco-conduite n’est qu’un des facteurs pour optimiser les consommations. Parallèlement, nous travaillons sur la car policy pour trouver des véhicules et des motorisations plus sobres et moins polluants. Ainsi, avec les nouveaux Kangoo, nous avons gagné 0,2 litre aux 100 kilomètres. Nous travaillons également sur la diminution de la charge non utile embarquée systématiquement dans les véhicules. Nous cherchons également à chasser les kilomètres inutiles en planifiant davantage nos interventions… La recherche d’économies est globale. »

La conduite au service des économies