Toujours des innovations malgré la morosité

Dans le domaine des services, les loueurs longue durée continuent d’innover mais, à l’avenir, la différence se fera sans doute sur la capacité des uns et des autres à offrir toujours plus de conseils à des gestionnaires qui ont besoin de réaliser des économies.

- Magazine N°142
405
l’offre d’auto-partage de Car’Go

Eco-fiscalité, flambée des prix du pétrole, hausse des taux d’intérêt qui ont des répercussions directes sur les loyers financiers, nécessité de traquer les coûts cachés, morosité sur le front des reventes de véhicules d’occasion, évolution des mentalités des gestionnaires de parcs sur les modèles de véhicules à privilégier dans leurs flottes. Les nerfs des loueurs longue durée sont mis à rude épreuve en cette année 2008. Bien sûr, ils affirment avoir « anticipé ces évolutions » ou tout au moins certaines d’entre elles, à travers des démarches de mesure de l’empreinte écologique des parcs et une plus grande écoute des attentes «citoyennes» des gestionnaires.

Mais leur rôle auprès de leurs clients a manifestement changé. « Pour faire face à des obligations administratives et financières supplémentaires, le client se tourne vers son loueur et affermit son rôle d’accompagnateur conseil », souligne le président du SNLVLD, Jean-François Chanal. « Aujourd’hui, soyons clairs, plus personne ne nous attend sur des loyers financiers. Tout le monde sait faire. En revanche, savoir optimiser les coûts et trouver de réelles sources d’économies, les sociétés nous le demandent et sont prêtes à prendre du conseil », insiste Jean-Loup Savigny, directeur commercial d’Arval en France. Pour la profession des loueurs, cette évolution n’est pas en soi une mauvaise chose puisqu’elle accrédite et renforce son savoir-faire d’audit, de conseil et de préconisateur de solutions. Elle lui permet aussi d’imposer une nouvelle mesure de l’efficacité des politiques automobiles des entreprises, le TCO (total cost ownership), une notion qui a connu son heure de gloire dans l’informatique et qui tend à se diffuser aujourd’hui dans d’autres secteurs économiques.

Le TCO et la gestion des déplacements

« Le marché nous attend sur cette question du TCO et, plus généralement, sur la gestion globale des déplacements des utilisateurs finaux c’est à dire les conducteurs », explique Eric Trelet, directeur commercial d’ALD France. L’idée majeure de cette démarche consiste à savoir comment sont réparties les dépenses des clients liées à l’automobile, sur quels postes et pour quelle efficacité. Cette recherche et cette optimisation des TCO conduisent aujourd’hui les loueurs à actionner certains leviers pour abaisser les coûts des parcs de leurs clients. Arval s’inscrit résolument dans cette stratégie car c’est selon lui, le gage de pouvoir accompagner le client sur le long terme. « Nous avons calculé que notre PRA (potentiel restant à acquérir), autrement dit notre potentiel de conquête, il se situe actuellement en France à 180 000 voitures. Nos démarches de TCO ou encore d’écoconduite, sont clairement des outils de conquête », affirme Jean-Loup Savigny. Si le TCO est aujourd’hui «LE» sujet de la location longue durée dans un contexte économique morose et une fiscalité qui s’est durcie, la recherche de nouveaux services n’a pas été pour autant mise de côté cette année.

Dans ce domaine, tous les loueurs jouent la carte de la proximité, anticipent les attentes des entreprises en terme de mobilité et révisent la palette de leurs prestations pour faire gagner du temps aux utilisateurs finaux, et réduire au minimum les temps d’immobilisation des véhicules. Voici un panorama des nouveaux services des loueurs qui on accepté de répondre à l’enquête de Flottes Automobiles.

ALD chouchoute un peu plus les VIP

ALD avait été pionnier dans le développement d’une prestation dédiée aux VIP (membres des comités de direction…). Il entend bien conserver sa longueur d’avance et vient de mettre au point la seconde génération de son service VIP avec trois prestations haut de gamme et une promesse : pour 65 euros par mois et par véhicule, le client ALD n’aura bientôt plus à mettre les pieds dans un garage ! Le loueur longue durée va donc s’occuper de toute l’opération : organisation du rendez-vous chez un de ses prestataires, enlèvement du véhicule dans toutes les circonstances sur simple appel téléphonique. En échange, le client reçoit un véhicule relais de catégorie E minimum pendant toute la durée de l’immobilisation de son propre véhicule. En cas de panne ou d’un accident, le client VIP est assuré de recevoir un véhicule de remplacement de catégorie D minimum et ce, pendant toute la durée des travaux. En cas de vol ou lorsque le véhicule est réduit à l’état d’épave, ALD Automotive offre le véhicule de remplacement de catégorie D au minimum pour une période pouvant aller jusqu’à 45 jours.

L’assistance est également revisitée par les équipes marketing et produits d’ALD Automotive. Désormais, l’assistance VIP prend en charge l’utilisateur et assure sa mobilité avant même de s’occuper du véhicule. S’il ne peut plus rouler, le loueur met à disposition du conducteur et de ses passagers jusqu’à 4 taxis. Il peut également regagner son domicile ou continuer son voyage en taxi, avec un véhicule de remplacement de catégorie équivalente, en train en 1ère classe ou en avion (classe business). Pendant la durée d’immobilisation, le collaborateur dispose d’un véhicule de remplacement de catégorie D minimum.

L’assistance VIP d’ALD Automotive prend également en charge l’hébergement dans un hôtel de catégorie supérieure pour le collaborateur et ses passagers dans la limite de 4 nuits par personne. Et une fois réparé, le véhicule est rapatrié chez l’utilisateur s’il est immobilisé à plus de 50 kilomètres de son domicile.

Aon Auto tente une nouvelle Facturation

Aon Auto teste actuellement pour les 450 véhicules d’un de ses clients (une collectivité locale), « la facturation à l’événement ». « Nous travaillons ce produit pour des parcs qui roulent relativement peu, mais qui ont néanmoins besoin d’entretien et d’assistance. Nous sommes actuellement dans la phase d’évaluation des tarifs à pratiquer », explique Xavier Bénard, responsable des services. « Nous pourrons avoir des tarifs à l’acte pour le véhicule de remplacement, les pneumatiques ou le dépannage, plutôt que de nous rémunérer au forfait ou par honoraires. » Xavier Bénard estime que cette démarche de « facturation à l’événement » peut se révéler intéressante pour des collectivités locales dont les garages intégrés sont de plus en dépassés par la technicité croissante des moteurs. Aon Auto Services essaye donc de créer un nouveau marché, alors que ses ambitions de développement à 5 ans sont très ambitieuses : il veut doubler son parc en gestion à 80 000 unités. Reste pour Xavier Bénard à dimensionner au plus près les équipes dédiées à cette prestation par rapport au chiffre d’affaires prévisionnel sur lequel il peut compter (dans le cas de la tarification au forfait ou par honoraires, le chiffre d’affaires est connu à l’avance).

Arval vise les TPE et les PME avec l’assurance

« Parce qu’on n’assure pas un véhicule professionnel comme un véhicule perso », la filiale de BNP Paribas se lance dans l’assurance des flottes de moyenne taille. La prestation commercialisée par Greenval Insurance, la compagnie d’assurance créée par Arval en 2006, s’adresse notamment aux décisionnaires des TPE et des PME disposant de flottes de moins de 50 véhicules. « Dans 70 % des cas, nos interlocuteurs achats ne traitent pas de la question assurance, alors même que ce poste représente entre 10 et 15 % du budget flotte de l’entreprise, juste derrière le carburant », rappelle le directeur commercial France Jean-Loup Savigny. Or, ajoute-t-il, gérer l’assurance d’un parc automobile est un bon moyen de fidéliser le client et de s’installer durablement chez lui. Dans le détail, cette prestation assurance prévoit la mise à disposition du véhicule relais illimité en cas d’accident (si l’assurance et la prestation véhicule relais sont souscrites chez le loueur), un certain nombre de garanties (marquage assuré, couverture du solde dû de la LLD en cas de véhicule irréparable ou volé), une prime réglée mensuellement avec la facture LLD et calée sur le contrat de location (pas de décalage entre l’arrêt de l’assurance et la restitution du véhicule).

Le loueur annonce également le lancement d’un programme baptisé « Mesure & Management » qui permet d’améliorer la conduite des conducteurs et l’utilisation de leurs voitures grâce à la télématique embarquée. Arval s’est associé pour l’occasion à Peugeot pour intégrer son service Peugeot Active Fleet Data. L’objectif est d’améliorer grâce à une bonne conduite, les coûts carburant, la sinistralité et les coûts associés, sans oublier les émissions polluantes. Arval précise que ce partenariat s’appuie sur la sélection de 200 utilisateurs représentatifs au sein de ces entreprises, la formation de la moitié d’entre eux et la mesure des écarts avec les conducteurs non formés, l’équipement de l’ensemble des véhicules tests de boîtiers pour acquérir les informations recherchées, la définition d’indicateurs clés de performance pour les suivre et les comparer.

Car’Go décline l’auto-partage

Optimiser et rendre plus flexibles les déplacements, c’est bien ce qu’a compris Car’go qui a lancé en mai l’offre d’auto-partage baptisée « Car Liberté » avec Savoie Technolac, un technopôle fort de 200 entreprises et très engagé dans les transports alternatifs. Dans le détail, il s’agit d’un service de réservation de véhicules dédié à des sociétés. Le véhicule peut être réservé à tout moment et utilisé par un adhérent au moyen d’un badge, et la société cliente ne paye que l’usage (à l’heure ou au kilomètre). Les réservations se font 24h/24 et 7j/7. L’auto-partage a d’ailleurs le vent en poupe puisque Okigo (l’offre d’Avis et de Vinci Park) dispose désormais d’une formule sans abonnement à l’heure, Presto. Fort de 25 stations en France, Okigo, propose 170 automobiles en libre service (dont des Smart).

Le loueur savoyard qui fête cette année ses 20 ans d’existence développe parallèlement une qualité de service aux entreprises, tant en terme d’horaires que de produits adaptés au secteur du BTP, au transport frigorifique aux collectivités locales ou encore aux tour-opérateurs (avec un parc de 200 minibus en location)

. LeasePlan parie sur l’atelier mobile

LeasePlan a lancé cet été avec Euromaster un atelier mobile qui se déplace sur le site des entreprises pour les diverses opérations d’entretien et quelques petites interventions à réaliser. Ce service est accessible sur rendez- vous, chaque jour de la semaine entre 8h00 et 18h00. LeasePlan, dans un premier temps, développe ce concept pour ses clients de l’ouest de l’Ile de France (départements 92, 95, 93, 78), disposant d’une aire de stationnement privative en surface. Dans le détail, les opérations sont effectuées par des techniciens spécialisées, capables de changer les pneus, le contrôle visuel de la géométrie et le contrôle visuel systématique de l’état de freinage de l’avant du véhicule.

Notons que sur demande de l’entreprise, il est aussi possible de bénéficier d’une visite du parc pour une estimation générale de l’ensemble des véhicules et la vérification des pressions.

Le loueur de Rueil-Malmaison (Hauts-de- Seine), qui fête cette année ses 30 ans d’implantation en France, profite aussi de l’acquisition de son confrère DCS Fleet pour s’intéresser à la clientèle VIP. Avec « Privilège mobilité », DCS Fleet garantit la mise à disposition d’un véhicule et la prise en charge des opérations liées en cas de révision ou de rappel constructeur pour les membres des comités de direction et les VIP. Le collaborateur contacte un call utilisateur de DCS Fleet et les chargés de d’assistance du loueur mettent en marche une série d’opérations : rendez- vous avec le prestataire, enlèvement du véhicule, suivi des opérations, nettoyage du véhicule et restitution. A noter que cette prestation est disponible actuellement uniquement sur Paris et région parisienne, Toulouse, Lyon, Marseille. ?