Toyota et Lexus se projettent en 2040

Comme tous les ans à la même période, Toyota et Lexus Europe dévoilent leur feuille de route pour les années à venir. Objectif : la neutralité carbone en 2040.
970
Toyota 2040
Le pick-up Toyota Hilux à pile à combustible à hydrogène FCEV. © Toyota

Toyota et sa marque premium Lexus viennent de révéler, lors de leur forum annuel « Kenshiki » (« aperçu » en japonais) à Bruxelles le 2 décembre 2022, leur stratégie et leur « vision » du futur pour le marché européen à l’horizon 2040. Comme l’année dernière, le mot d’ordre reste l’électrification à marche forcée. En effet, le constructeur japonais a accumulé un net retard depuis quelques années par rapport à la concurrence, y compris européenne.

Plus question de se reposer uniquement sur des versions full hybrid, certes sobres et efficientes, ou ses deux modèles électriques. Il s’agit aujourd’hui pour Toyota d’atteindre la neutralité carbone totale en 2040. En plus de l’objectif, fixé fin 2021, de supprimer d’ici 2035 les véhicules neufs thermiques et hybrides au profit des électriques (batteries et hydrogène PAC) pour les marchés européens.

De l’électrique à batteries…

Pour cela, Toyota compte s’appuyer sur son nouveau SUV compact électrique BZ3, qui complète le BZ4 et qui seront suivis par quatre autres modèles d’ici 2026, totalement électriques et à batteries également. Tous reposent sur la plate-forme spécifique e-TNGA. Ce BZ3 au design de SUV coupé mesure 4,54 m de long pour 1,56 m de haut, et une largeur d’1,89 m. Il sera commercialisé en octobre 2023, date à laquelle Toyota en dévoilera toutes les caractéristiques techniques. Cette plate-forme servira également pour Lexus sur ses futurs modèles, le récent UX 300e électrique en étant le premier représentant.

…et à pile à combustible

Toujours dans l’électrique, Toyota a également récemment dévoilé un futur pick-up Hilux à pile à combustible à hydrogène FCEV. La production des premiers prototypes dans son usine britannique de Burnaston devrait débuter en 2023. Un projet que finance gouvernement britannique avec des sociétés de la tech (Ricardo, ETL, D2H et Thatcham Research).

Autre développement dans l’hydrogène, mais cette fois-ci en tant que carburant pour un moteur thermique : le 3-cyl. 1.6 l turbo de la Corolla GR. Ce groupe motopropulseur bénéficie du savoir-faire acquis sur la Toyota Mirai pour les réservoirs d’hydrogène compressé. Au Japon, il équipe un prototype basé sur le récent SUV compact Corolla Cross.

L’hybride rechargeable en renfort du « full hybrid »

Outre le 100 % électrique, Toyota continue d’envisager la piste des hybrides, toujours valable pour les treize années à venir. Soit donc deux générations de véhicules d’ici 2035. À commencer par le full hybrid HEV que l’on connaît bien dans les gammes actuelles de Toyota et Lexus, ainsi que ses versions rechargeables FHEV.

Ainsi, en plus de la nouvelle Prius FHEV dévoilée récemment et qui sera sur le marché au second trimestre 2023, le constructeur japonais a révélé, lors de ce forum annuel, le futur C-HR qui lui débarquera début 2024. Toujours clivant avec son design très typé coupé et ses places arrière confinées, il devrait reprendre l’encombrement du C-HR actuel. Les motorisations seront reconduites en FHEV (1.4 l et 1.8 l) mais Toyota devrait y ajouter une version hybride rechargeable PHEV, celle de la Prius V (1.8 l de 223 ch).