Toyota Avensis : des progrès sur tous les fronts

L’Avensis se veut perfectionniste et revoit une nouvelle fois sa copie pour satisfaire aux exigences d’un marché européen toujours aussi âprement disputé.

496
Toyota Avensis : des progrès sur tous les fronts

On ne peut à proprement parler de nouvelle génération mais la refonte dont vient de bénéficier l’Avensis dépasse le cadre du simple restylage. C’est la deuxième fois en six ans que cette familiale optimise ses prestations.

Il est vrai que le segment souffre de la montée en puissance des ventes de SUV et autres crossovers, avec des commandes pratiquement divisées par deux depuis 2009. Survivre à cette offensive passe obligatoirement par de fréquentes remises en cause.

Souvent considérée comme physiquement effacée, l’Avensis a donc commencé par revoir sa garde-robe. En adoptant les codes identitaires récemment inaugurés par l’Auris, le design de la face avant se montre plus incisif, plus dynamique.

Même dépoussiérage à l’intérieur avec une planche de bord plus harmonieuse et davantage en accord avec les aspirations du moment. L’ensemble gagne en qualité perçue et en confort, avec une ergonomie revue des sièges et un travail particulièrement efficace sur l’insonorisation de l’habitacle.

L’effort porte aussi sur l’équipement. La volonté affichée d’offrir une attractivité à la dotation s’avère plus que louable, et cela se voit dès les premiers niveaux de finition. Les versions Dynamic Business et Executive Business sont d’ailleurs à la fête, avec beaucoup de raffinement dans leur contenu. La majorité des ventes concernent des sociétés et chez Toyota France, on ne cache pas avoir souhaité privilégier les entreprises dans la composition de ces dotations. Aucun collaborateur ne s’en plaindra.

Quant aux comptables, les émissions des motorisations empruntées à BMW ont de quoi les amadouer : 108 g de CO2 en 1.6 D-4D de 112 ch et 119 g en 2.0 D-4D de 143 ch. Ces blocs de cylindrées inférieures à leurs prédécesseurs s’avèrent moins gourmands, tout en se révélant bien supérieurs en agrément grâce à une grande souplesse d’utilisation.

De nouveaux moteurs

Contre un gramme de CO2 supplémentaire, on peut les apprécier associés au break ; c’est cette configuration Touring Sports (photos), fort pratique avec son coffre de 543 l (extensible à 1 609 l), qui emporte la préférence des utilisateurs et s’accorde la majorité des commandes en France.

On peut toutefois s’interroger sur l’absence de version hybride au catalogue. Priver l’Avensis de cette spécialité maison est volontaire, les responsables de la marque considérant que cette configuration vertueuse mettrait l’Avensis en concurrence directe avec la Prius.

Notre avis

BIEN

Confort d’usage • Politique des versions Business • Tarifs contenus

À REVOIR

Absence de vivacité • Certains plastiques intérieurs

Toyota Avensis Touring Sports D-4D 112 ch Dynamic Business

Moteur (cm3)

1 598

Puissance/couple (ch/Nm)

112/270

Conso. mixte (l/100 km)

4,2

Émissions de CO2 (g/km)

109

Vitesse maxi (km/h)

180

0 à 100 km/h (s)

11,7

Poids à vide (kg)

1 465

Charge utile (kg)

585

Coffre (l)

543/1 609

L x l x h (mm)

4 820 x 1 810 x 1 480

À partir de (€ TTC)

29 500

Valeurs futures

Toyota Avensis Touring Sports 112 D-4D Dynamic Business

Énergie

Diesel

Boîte de vitesses

Manuelle

Carrosserie

Break

Cylindrée (cm3)

1 598

CO2 (g/km)

109

Ch din

112

Prix neuf TTC (€)

30 500

Mois

42

Km total

100 000

Valeur reprise TTC (€)

11 797

Valeur reprise

38,7 %

Valeur vente TTC (€)

13 750

Valeur vente

45,1 %

Source : Forecast Autovista, octobre 2015.