Toyota expose son bilan 2022

S’étant adjugé 6,8 % de parts du marché 2022, Toyota se positionne comme la première marque étrangère en France.
688
Toyota bilan 2022

Le 17 janvier 2023, Toyota a présenté son bilan 2022, par la voix de son PD-G France, Frank Marotte. « Pour la première fois en France, une marque étrangère dépasse un constructeur tricolore », s’est félicité ce dirigeant. Frank Marotte fait ici référence au canal des particuliers, sur lequel Toyota France a fini quatrième en 2022, avec 7,9 % de parts de marché, dépassant ainsi Citroën.

Tous canaux confondus, ce sont 6,8 % de parts de marché qui sont revenues à Toyota en 2022, en en faisant la première marque étrangère en France, avec 109 776 véhicules immatriculés. Lexus, la division premium de Toyota, a pour sa part vendu 3 256 véhicules. Quant au marché de l’occasion, 70 000 VO Toyota et Lexus ont trouvé preneur en 2022. Pour 2023, en France toujours, Toyota prévoit la vente de 125 000 véhicules neufs (et 5 000 pour Lexus). Sur le marché VO, le constructeur table plutôt sur 75 000 véhicules Toyota et 4 000 Lexus.

2022 : un bilan européen favorable pour Toyota

En Europe, Toyota et Lexus ont commercialisé 1 080 975 véhicules (7,3 % de parts de marché) en 2022, en légère hausse de 0,5 % par rapport à 2021. Ce qui place Toyota au deuxième rang en Europe. Parmi ces véhicules, 718 608 sont électrifiés, soit environ 66 % de ses ventes sur le Vieux-Continent. Un chiffre en nette augmentation par rapport à 2021 : + 14 %. À échelle mondiale, Toyota a vendu 8,7 millions de véhicules en 2022 (- 0,4 %), dont 2,5 millions sont électrifiés (+ 4,4 %).

Mais il faut rappeler ici le positionnement presque idéologique de Toyota. En effet, le constructeur continue à « miser sur un moteur thermique neutre en carbone », a martelé Frank Marotte. « Nous misons surtout sur l’hybride auto-rechargeable », a-t-il encore insisté. « Et ce afin que ces véhicules restent accessibles pour le plus grand nombre, chose que l’électrique, trop coûteux, ne permet pas », a justifié Frank Marotte.

Précisons cependant que l’hybride auto-rechargeable reste émetteur en CO2. À titre d’exemple, une Yaris hybride auto-rechargeable rejette 87 g/km (homologation WLTP). Sobre, certes, mais pas neutre. Par ailleurs, rappelons que Toyota propose aussi des modèles hybrides rechargeables (PHEV), ainsi que des motorisations 100 % électriques.