La Toyota e-Palette exposée au salon de Tokyo

À l’occasion du salon de Tokyo, Toyota a présenté une version spéciale de sa navette électrique autonome e-Palette dont une vingtaine d’unités seront déployées dans les villages olympiques et paralympiques lors des prochains jeux olympiques de Tokyo en 2020.

1729
Toyota e-Palette Tokyo 2020
Source : Toyota

Cette version spéciale de l’e-Palette fera en effet partie de la flotte mise à disposition par Toyota pour les JO de 2020, comme annoncé en août. « Tout au long du développement, des athlètes – paralympiques en particulier – nous ont aidés à comprendre comment adapter et améliorer l’e-Palette pour satisfaire au mieux la nécessité d’un mode de déplacement simple, pratique et confortable », indique Takahiro Muta, responsable du développement de cette version de l’e-Palette.

Baptisée « Tokyo 2020 », cette version comporte de grandes portes coulissantes, un plancher surbaissé, des rampes électriques et un système de contrôle aux arrêts qui minimise le vide entre le trottoir et le véhicule de manière à faciliter la montée et descente des passagers. « Avec son empattement long et son plancher plat, la navette peut transporter simultanément quatre fauteuils et plusieurs passagers debout », précise Toyota. À l’intérieur, les barres de maintien et les sièges sont accessibles quelle que soit la taille des passagers et les couleurs ont été adaptées pour être mieux perceptibles par les personnes daltoniennes.

Grâce à la combinaison de plusieurs capteurs dont des caméras et un lidar, d’une technologie de cartographie 3D, d’un logiciel de pilotage et d’un programme de gestion d’exploitation, l’e-Palette est capable de rouler jusqu’à 20 km/h en mode autonome de niveau SAE 4 (automatisation élevée). « Le pilote autonome surveille en permanence la présence d’obstacles sur 360 ° et adapte sa vitesse en conséquence, ainsi qu’au contexte environnant », précise Toyota. Toutefois, « à titre préventif, un conducteur de secours sera présent à bord pour superviser les déplacements du véhicule et reprendre la main si nécessaire », comme l’impose la législation internationale. En outre, « les feux avant et arrière du véhicule imitent certains mouvements des yeux afin d’informer les piétons de ses intentions », ajoute le constructeur. Les connaissances acquises lors des JO 2020 serviront ensuite à développer de futures applications de mobilité en tant que service (Maas).

PARTAGER SUR