Toyota vise les 30 000 Mirai par an dès 2020

La montée en cadence de la Mirai est lente mais Toyota y croit encore plus fort avec un objectif de 30 000 véhicules produits par an dès 2020, et une nouvelle usine.

1820
Toyota Mirai 30 000

Toyota procède avec sa Mirai comme avec sa première Prius hybride il y a vingt ans : petit à petit. Soit 700 véhicules en 2015, 2 000 en 2016 et 3 000 l’année dernière. Mais avec persévérance et obstination.

Ainsi, le constructeur va construire au Japon une nouvelle usine consacrée à cette technologie de pile à combustible à hydrogène, ainsi que des réservoirs haute pression en fibres de carbone. Jusqu’ici, ces réservoirs étaient assemblés dans une usine du constructeur mais à une plus petite échelle.

De nouveaux sites pour l’hydrogène

D’après Toyota, ces nouveaux sites devraient contribuer à réduire considérablement les émissions de CO2 liés aux processus de production. Une initiative qui s’intègre dans le cadre du « Plant Zero CO2 Emissions Challenge » du « Toyota Environmental Challenge 2050 » lancé en octobre 2015.

En parallèle, cette usine permettra selon Toyota de multiplier par dix les ventes et d’élargir les territoires de commercialisation de la Mirai à partir de 2020, outre le Japon, les États-Unis et l’Europe (voir la dernière brève). À commencer par la Chine, le Canada, l’Australie et les Émirats arabes unis. Mais l’archipel nippon devrait malgré tour demeurer le plus gros marché avec pas moins de 10 000 unités vendues en 2020, soit le tiers de la production totale.

Notre dernier dossier sur l’hydrogène

Toyota Mirai 30 000

PARTAGER SUR