La Toyota Woven City modélise la ville mobile

Début janvier, Toyota a présenté sa Toyota Woven City, un projet de ville mobile conçu par l’architecte Bjarke Ingels comme un réseau routier alimenté écologiquement et destiné à tester la mobilité du fret et des voyageurs en tant que service aux personnes.

1173
Toyota Woven City

Pour tester tous les usages futurs de la mobilité en conditions réelles, Toyota a demandé à l’architecte Bjarke Ingels de concevoir la Toyota Woven City. Soit une ville futuriste construite sur le site Toyota de Higashi-Fuji, au pied du Mont Fuji. Destinée à héberger 2 000 collaborateurs scientifiques et ingénieurs vivant en ses murs, la Toyota Woven City ou Ville tissée Toyota sera un laboratoire vivant destiné à « réinstaurer un équilibre entre la population, la mobilité et la nature dans les villes denses comme Tokyo », a expliqué l’architecte.

Une logistique structurante

Pour ce faire, la Ville Tissée sera conçue autour d’un triple réseau routier. Sur l’axe principal circuleront tous les véhicules de transport autonomes et propres, comme l’e-Palette polyvalent de Toyota (voir la brève). Ce véhicule servira pour le transport de voyageurs et du fret du commerce en ligne, mais aussi pour la vente de détail sous forme de magasins alimentaires ou de produits du quotidien. À cette rue principale sera associé un réseau logistique souterrain appelé Matternet et destiné à la livraison massifiée des marchandises, à la collecte des déchets et à l’entretien de la ville. Un second axe sera destiné à la micro-mobilité, au partage de l’espace et à l’interconnectivité entre les habitants, les véhicules connectés et l’architecture domotisée. Enfin, le troisième axe sera un parc linéaire destiné au cheminement des piétons dans un espace riche en flore et en faune. Bâtie essentiellement en bois, la Toyota Woven City verra sa construction débuter en janvier 2021.

Toyota Woven City
Toyota e-Palette
PARTAGER SUR