La Toyota Motor Manufacturing France s’active sur les Yaris hybrides

L’usine Toyota Motor Manufacturing France résiste à la pénurie des semi-conducteurs. Et espère produire 300 000 Yaris par an, principalement des hybrides. Bilan de notre récente visite.
2431
Toyota véhicules hybrides
Vue aérienne de la Toyota Motor Manufacturing France © Samuel Dhote

Depuis son ouverture le 31 janvier 2001, l’usine Toyota Motor Manufacturing France (TMMF) produit des Yaris. En effet, le site industriel a démarré avec la production de la Yaris 1 en 2001. Puis, de la Yaris 2 en 2005. Après une perte de volumes entre 2008 et 2011, l’arrivée de la Toyota Yaris 3 et de la technologie hybride en avril 2012 a fait repartir la production à la hausse. Ainsi, en 2021, la Yaris était la voiture la plus produite en France avec 204 255 exemplaires fabriqués par l’usine. Plus exactement, 156 464 Yaris 4 et 47 791 Yaris Cross.

En plus de vingt ans, le constructeur Toyota a investi 1,5 milliard d’euros dans son usine, dont 400 millions ces quatre dernières années pour produire ces deux modèles. Près de 5 000 collaborateurs ont déjà contribué à fabriquer plus de 4 millions de véhicules. Une production journalière en trois équipes permet de produire 1 250 Yaris par jour : 40 % de Yaris et 60 % de Yaris Cross, ce qui représente 25 % des ventes Toyota en Europe.

Si le site n’est plus le seul à produire le modèle phare Yaris depuis juillet 2021, il reste l’unique à produire la Yaris Cross. En effet, une partie des Yaris sort désormais de l’usine de Kolin en République Tchèque, qui assemble aussi l’Aygo X. « Le site produit uniquement des citadines de segment B (Yaris et Yaris Cross) basées sur la même plate-forme », indique Éric Moyere, general manager, business planning and communication division chez TMMF.

Une production de Yaris hybrides croissante…

L’usine Toyota s’adapte à la forte croissance des motorisations hybrides. « En 2012, nous produisions environ 15 % de véhicules hybrides, contre 83 % en 2021 avec un ratio de 80 % pour la Yaris 4 et de 93 % pour la Yaris Cross sur le marché européen », indique Jim Crosbie, président de TMMF et présent dans l’entreprise depuis plus de vingt ans.

Aujourd’hui, 9,5 millions véhicules hybrides auto-rechargeables ont été vendus par la marque, soit 35 % de la flotte mondiale totale de Toyota. D’ailleurs, parmi les clients, la France aurait choisi uniquement des véhicules hybrides pour ces prochaines commandes. Les principaux clients en Europe de TMMF se répartissent comme suit : la France (18 % Yaris et 17 % Yaris Cross), l’Italie (17 % et 21 %), le Royaume-Uni (13 % et 9 %) et l’Allemagne (8 % et 8 %).

« Nous vendons déjà beaucoup de voitures électriques en Chine mais notre atout actuel reste la technologie hybride. Nous allons sûrement aller vers 100 % de production de véhicules hybrides, puis intégrer des modèles électriques. Toyota sait faire tout type d’énergie : hybride, électrique, hydrogène que la flotte de taxi Hype utilise déjà, etc. », pointe Jim Crosbie.

À l’avenir, le groupe Toyota espère produire trente modèles électriques à batterie (BEV) pour en vendre 3,5 millions d’exemplaires dans le monde en 2030. Au niveau européen, il souhaite atteindre 50 % de ses ventes en Europe de l’Ouest en véhicules zéro émission d’ici 2030 et atteindre le zéro carbone pour tous les nouveaux véhicules vendus en 2035, conformément aux ambitions de l’Union européenne.

Usine Toyota véhicules hybrides
© Samuel Dhote

… malgré une activité ralentie par la crise

« Nous avons pour objectif de produire 300 000 véhicules par an en 2022, pour espérer atteindre 1,3 million de Yaris et Yaris Cross produites dans le monde. Mais cela dépendra de la pénurie de semi-conducteurs. En effet, il nous manque certaines pièces, notamment sur les systèmes de conduite et de freinage, sachant qu’il faut environ 1 500 semi-conducteurs pour une Yaris », continue Jim Crosbie.

La crise des semi-conducteurs a effectivement touché le constructeur. Au premier semestre 2021, l’usine Toyota a opté pour trois jours d’arrêt par mois. Puis en août 2021, après trois semaines de fermeture annuelle, elle a dû prolonger cette coupure de trois semaines supplémentaires. L’usine Toyota a donc fermé pendant 37 jours en 2021.

« TMMF a fermé trois jours en moyenne pour les mois de janvier, février et mars 2022. Nous envisageons six jours de fermeture en avril, avant une hypothétique reprise à 100 % à partir de mai 2022, détaille Jim Crosbie. En revanche, nous n’avons pas de problème concernant nos faisceaux électriques, la guerre en Ukraine n’a donc pour l’instant pas d’impact sur notre activité. »

La flotte de TMMF en chiffres

Le site de l’usine Toyota Motor Manufacturing France est équipé d’une trentaine de véhicules (principalement des Yaris et deux RAV4) pour les déplacements de ses ingénieurs. Il existe aussi quelques véhicules de fonction pour le personnel tandis que les collaborateurs bénéficient d’offres avantageuses pour la location ou l’achat d’un véhicule de la marque.