Mobilité durable : moins de moteurs, plus d’opportunités ?

Des moyens de mobilité douce comme les triporteurs se montrent pertinents pour de petites entreprises qui choisissent de concentrer leur activité dans les centres urbains. Mais le recours à ces modes de transport demande une adaptation plus ou moins radicale des pratiques, avec un renoncement total ou partiel au thermique.

- Magazine HS n°22
1054
triporteurs
Pierre-Olivier Clerc, cogérant de ZE Plombier à Nantes, sur un des six vélos à assistance électrique utilisés par cette entreprise, avec une remorque pour transporter notamment des chaudières ou des ballons d’eau chaude.

« À Nantes, nous avons pris le marché du centre-ville dont les autres professionnels ne veulent pas », constate d’emblée Sonia Boury, la cogérante de Ze Plombier, une entreprise de plomberie dont les salariés se déplacent uniquement sur des vélos à assistance électrique, triporteurs ou biporteurs.

Le lancement de l’activité de Ze Plombier remonte à 2010. Alors qu’une grève des raffineries rendait difficile l’approvisionnement à la pompe, Pierre-Olivier Clerc, l’autre cogérant de la société, a été sollicité pour intervenir en centre-ville. Dans l’impossibilité de se déplacer en véhicule thermique, ce plombier de profession a enfourché son vélo...

PARTAGER SUR