Trajets professionnels : le recours à la voiture en recul

Selon le baromètre annuel « entreprises et mobilité » du loueur Alphabet, 72 % des actifs français utilisent encore une voiture pour leurs trajets professionnels et domicile-travail en 2019, mais ce chiffre est en baisse de 4 points par rapport à 2018 et même de 9 points par rapport à 2017.

729
etude alphabet
Source : Alphabet

Dans le cadre du baromètre annuel d’Alphabet consacré à la mobilité en entreprise, l’institut Ifop a réalisé une étude en ligne auprès de 1 005 Français actifs âgés de 18 ans et plus du 9 au 15 septembre 2019.

Résultat : 72 % des sondés utilisent la voiture dans le cadre de leur travail en 2019, contre 76 % en 2018 et 81 % en 2017, soit une baisse de 9 points en deux ans. Parmi eux, « 75 % roulent avec une voiture thermique, 22 % en voiture électrique ou hybride et 3 % disposent des deux motorisations », précise Alphabet. En parallèle, les utilisateurs de « transports doux » – de la marche à pied aux transports en commun en passant par le vélo, le VAE et la trottinette – sont désormais 39,2 %.

Toutefois, « les sondés venant d’agglomérations de moins de 100 000 habitants sont davantage utilisateurs de voitures (85,2 %) », note Alphabet, tandis qu’en région parisienne ils ne sont que 45,1 % à y avoir recours.

« Le respect de l’environnement figure désormais dans le top 3 des raisons motivant l’utilisation de deux ou trois-roues électriques, de transports doux électriques ou non et des transports en commun », ajoute le loueur. De manière plus prospective, 37 % des personnes interrogées pensent que les déplacements professionnels s’effectueront en majorité avec des VE et 23 % avec des véhicules autonomes en 2050.

18 km de trajet domicile-travail en moyenne

L’étude révèle également que la distance domicile-travail s’élève en moyenne à 18 km, avec un temps de trajet moyen de 23 minutes. « Il est de moins de 20 minutes pour 60,5 % des répondants et dépasse les 30 minutes pour 19,7 %, détaille Alphabet. Mais « plus l’agglomération est importante, plus le temps de trajet est rallongé. »

Les résultats indiquent également que 52 % des sondés estiment que la mobilité en entreprise influe sur leur bien-être au travail (contre 43 % en 2018). Parmi eux, 38 % jugent qu’elle a un effet positif, « notamment car elle permet de profiter d’un moment de calme et de confort », précise Alphabet. 14 % jugent en revanche que son impact est négatif et entraîne une perte de temps, du stress ou encore un manque de ponctualité et de confort.

À noter enfin, 50 % des sondés bénéficient de solutions ou de services de mobilité via leur entreprise, avec en tête le remboursement de tout ou partie des titres de transport en commun (27 % des sondés), suivi du remboursement des frais kilométriques (26 %) et du véhicule de fonction (15 %). 16 % des personnes interrogées ont également accès des espaces de stationnement, 6 % disposent de bornes de recharges électriques pour VAE et-ou VE, et 6 % utilisent un système de mise en relation entre salariés pour le covoiturage.

PARTAGER SUR