Transports Charbonnier Frères : une flotte en GNV et en altitude

Spécialistes de la distribution en altitude, les Transports Charbonnier misent sur sa flotte au GNV afin concilier performance économique, contraintes d’altitude et bilan écologique.
705
Transports Charbonnier GNV
Les Transports Charbonnier sont spécialistes de la distribution en altitude.

Avec 100 véhicules moteur implantés à Cavaillon (84), Manosque (04) et Gap (05), les Transports Charbonnier réalisent 70 % de leur chiffre d’affaires dans la distribution de produits alimentaires frais ou froids en milieu touristique. Été comme hiver, leurs camions bravent l’altitude et le froid ou la chaleur pour livrer les enseignes des villes de sports d’hiver ou de la Côte d’Azur.

La montagne consomme + 15 % d’énergie

Pour accompagner la transition énergétique de la grande distribution, le transporteur a choisi le GNV. « Nous avons reçu trois Iveco Stralis au GNL pour l’ouverture des stations GNLC de Proviridis à Cavaillon et Manosque en début d’année », déclare Jean-Marc Charbonnier. Après six mois d’exploitation, ce dirigeant exprime une vraie satisfaction. « L’économie est réelle sur l’exploitation et le prix du carburant, explique-t-il. Mais dans les cols de montagne, les poids lourds au gaz consomment, comme ceux au gazole, 10 à 15 % de carburant en plus pour tenir les délais. »

Transports Charbonnier GNV
Les Iveco Stralis et S-Way supportent bien l’altitude et l’hiver, mais leur consommation s’accroît de 10 à 15 %.

Les contraintes du GNV

Certaines contraintes atténuent aussi le bénéfice du gaz. « Je m’attends à des surcoûts avec la maintenance qui doit s’effectuer tous les 50 000 km et que je devrai confier au concessionnaire. Mes ateliers ne sont pas adaptés à la technologie du gaz et mes mécaniciens pas encore formés, expose Jean-Marc Charbonnier. Le réseau d’avitaillement est correct, mais exige d’avoir plusieurs marques de cartes carburant pour renouveler le plein partout. Enfin, les démarches administratives pour obtenir les subventions afin d’investir davantage sont trop diverses et complexes pour une PME comme la nôtre. »

Le GNV plus écologique que les biocarburants

Les Transports Charbonnier achèteront néanmoins d’autres VI au GNV. « Avec les déforestations et les nombreux transports de déchets verts qu’ils suscitent, les biocarburants me paraissent moins écologiques, justifie ce dirigeant. J’aimerais prendre des Volvo Trucks au gaz pour leur puissance et leur motorisation que nous connaissons bien, mais il faudra que le constructeur augmente d’abord leur autonomie. »

Transports Charbonnier GNV
Charbonnier utilise en double poste son Renault Truck D Wide au GNC réfrigéré au gaz pour livrer les supérettes côtières.

Un porteur au gaz en double poste

Pour ses livraisons côtières, le transporteur a acquis un porteur Renault Trucks D Wide au GNC équipé d’un groupe frigorifique Carrier au gaz. « Nous l’avons fait monter avec une boîte de vitesses automatique Allison pour compenser son manque de puissance, explique Jean-Marc Charbonnier. C’est un pari sur l’avenir car il nous a coûté le double du prix d’un camion diesel. Et entre l’alimentation du groupe frigorifique, la climatisation et la température qui réduit sa réserve de gaz, il est plus proche des 450 km d’autonomie que des 600 km attendus. Pour le rentabiliser, nous l’utilisons donc en double poste. »

Transports Charbonnier GNV
Charbonnier s’équiperait de Volvo au gaz si ceux-ci avaient une plus grande autonomie.
PARTAGER SUR