Transports Duval : revalorisation salariale et formation des conducteurs

Alors que le transport routier de marchandises connaît une pénurie croissante de conducteurs, les Transports Duval ont rejoint le Monde du Transport Réuni pour relancer les embauches.
6876
Transports Duval conducteurs 1
Durant l’été 2021, la pénurie de conducteurs a empêché Sébastien Duval de faire rouler tous ses véhicules.

À Montval-sur-Loire (72500), Sébastien Duval, dirigeant des Transports Duval, réagit face à la pénurie de conducteurs. « Cet été, des camions sont restés en parc à cause du manque de conducteurs. Et avec la reprise de septembre, le problème resurgit, déclare-t-il. Livrer les enseignes de la GMS dans les délais devient difficile. Bientôt, les stations-service ne seront plus alimentées régulièrement. Né avec la fin du Service National qui fournissait des chauffeurs formés par l’armée, ce manque de conducteurs s’est accentué depuis 2015. De fait, nous, transporteurs, n’avons pas assuré la relève, ni protégé nos salariés contre l’irrespect des clients et la baisse des salaires », illustre ce dirigeant.

Sébastien Duval relaiera les actions du Monde du transport Réuni en profitant de ses contacts dans l’enseignement professionnel pour attirer des jeunes.Sébastien Duval relaiera les actions du Monde du transport Réuni en profitant de ses contacts dans l’enseignement professionnel pour attirer des jeunes.

Revaloriser le salaire des conducteurs

Pour résoudre ce problème « à court et à long terme », Sébastien Duval a rejoint le Monde du Transport Réuni, une association apolitique de transporteurs qui revalorise les professions du TRM. « Conduire est un métier qui réclame de l’autonomie, de la rigueur et le sens des responsabilités vis-à-vis d’un véhicule de 150 à 200 000 euros, chargé de 200 000 euros de marchandises, martèle Sébastien Duval. Il faut donc que la convention collective revalorise les salaires des conducteurs en revenant au principe du barème minimum 150M, soit 150 % du Smic », avance-t-il.

« Nous voulons aussi réduire les 10 à 25 % de turnover des conducteurs en n’embauchant plus des jeunes mal informés ou des adultes mal reconvertis, mais des jeunes motivés par le métier, poursuit Sébastien Duval. Nous visiterons au moins deux jours par an les lycées professionnels pour redonner aux jeunes le goût du transport routier. On devient conducteur par passion pour les véhicules modernes, pour leur gestion numérique et pour la qualité du service rendu », expose ce responsable.

Pour Sébastien Duval, revaloriser financièrement et professionnellement le métier des conducteurs est la première condition pour retrouver des salariés motivés par le transport.

Revaloriser le métier des conducteurs

Sébastien Duval poursuit : « Premier commercial de l’entreprise, le conducteur peut ramener des affaires par son relationnel ou son travail, et évoluer vers des postes à responsabilités comme responsable commercial, responsable de parc ou directeur d’exploitation. Nous accueillerons donc tous les jeunes qui veulent faire un stage scolaire ou d’été dans l’entreprise. » Président de l’Association des entreprises du Val du Loir, Sébastien Duval milite aussi pour le transport combiné rail-route qu’il a pratiqué et qui constitue une alternative à la pénurie de conducteurs

Entre les départs en retraite, les fermetures d’entreprises dues au covid-19 et la mise en place du Paquet Mobilité, le TRM européen connaît une importante pénurie de conducteurs. Selon la Fédération nationale du Transport routier, la carence de 50 000 professionnels pénalise 53 % des transporteurs français depuis 2020. En Europe, l’IRU note une hausse de 25 % du manque de conducteurs dans 23 pays, dont la Tchéquie, la Norvège, la Roumanie, la Russie et l’Ukraine. En Allemagne, 70 000 conducteurs manqueraient tandis que la Pologne annonce une carence de 120 000 professionnels.

PARTAGER SUR