Tribune : « Les mobiles et les PDA ont les mêmes performances que les PC de 2002 »

- Magazine N°124
473

Il est intéressant d’aborder ce sujet au regard de l’évolution du salon depuis sa création en 2001. A cette époque, le GPRS venait d’apparaître. Depuis, l’évolution majeure a été l’émergence de différents réseaux. Les tuyaux ont évolué avec aujourd’hui l’UMTS, le HSDPA, la 3,5 G. Parallèlement, les terminaux sont devenus multi-tâches, multifonctions avec la prise en charge de services plus sophistiqués. Désormais, certains PDA intègrent à la fois l’UMTS, le Wi-Fi et le positionnement GPS. A noter : aujourd’hui un ordinateur vendu sur deux est un portable. Les entreprises s’emparent des nouveaux réseaux plus fortement qu’auparavant. Les Trophées de la Mobilité que nous organisons en sont la preuve : la qualité des dossiers reçus ne cesse de progresser. Autre nouveauté : on parle beaucoup de convergence. L’utilisateur se préoccupera de moins en moins du réseau employé pour contacter son correspondant. Un premier téléphone mobile apparu sur le marché peut passer des communications sur le réseau Internet.

Autre tendance, les solutions de géolocalisation et de traçabilité se généralisent et permettent d’apporter des services aussi bien à la personne qui se déplace, qu’à l’entreprise dans son ensemble. Et pour ce qui est des perspectives, les terminaux adoptent de nouvelles fonctions : appareil photo, instrument de lecture, paiement… Le mobile devient un véritable couteau suisse. Désormais, un téléphone mobile ou un PDA ont les mêmes performances que les ordinateurs d’il y a quatre ou cinq ans.

Parallèlement, les modèles économiques évoluent : les opérateurs, les spécialistes de la cartographie vendent des services associés à leur métier de base. Ainsi, si le revenu voix des opérateurs se tasse, la data connaît une croissance de 18 %. Elle représente désormais 12 % des ressources générées par les opérateurs. Et cela ne va pas s’arrêter. Un raz-de-marée s’annonce. Autre évolution, l’étude du visitorat de mobile office montre que les PME ne considérent plus ces solutions comme des projets réservés aux grandes entreprises. 44,8 % des visiteurs savent qu’ils pourront trouver une solution pour moins de 10 000 euros. Lors de la dernière édition, les PME représentait 63 % des visiteurs contre 59 % l’année précédente. Les grands comptes ne sont pas en reste. Ils représentent un tiers des visiteurs, dont la moitié qui investit plus de 200 000 euros dans leur projet mobilité.