L’UE poussée à durcir rapidement les normes de sécurité des véhicules

Huit ministres des transports de l’UE ont demandé à la Commission Européenne d’accélérer la mise à jour des normes de sécurité des véhicules automobiles pour diminuer la sinistralité routière.

1473

Durant les deux dernières décennies, la sinistralité routière a baissé de manière significative en Europe, mais elle semble aujourd’hui stagner et s’est même inversée dans plusieurs pays ces trois dernières années, dont la France (voir notre brève). En tout, 26 000 personnes meurent chaque année sur les routes en Europe, et au moins 135 000 souffrent des conséquences de blessures graves.

Jusqu’à présent, les gouvernements des États membres ont principalement travaillé à améliorer la sécurité routière, mais les normes européennes de sécurité des véhicules n’ont pas été mises à jour depuis 2009. En décembre 2016, la Commission européenne a publié une liste de 19 systèmes de sécurité déjà disponibles qui pourraient devenir obligatoires pour les nouveaux véhicules dans des propositions prévues fin 2017. Un délai jugé trop long par les ministres des transports de huit pays : Autriche, Belgique, France, Allemagne, Irlande, Italie, Luxembourg et Pays-Bas.

Ces derniers ont adressé une lettre au Commissaire européen en charge de l’Industrie, Elżbieta Bieńkowska. Ils réclament de nouvelles normes de sécurité des véhicules plus « ambitieuses », afin d’atteindre l’objectif fixé en 2010 de diminuer par deux la mortalité routière d’ici à 2020. Les signataires pointent en particulier la vulnérabilité des piétons, des cyclistes et des motocyclistes dont les vies pourraient être préservées, notamment grâce aux systèmes de vue 360°. Ils demandent également la création d’un cadre légal contraignant pour qu’un conducteur ayant perdu son permis ne puisse échapper à la déchéance du droit de conduire dans les autres États membres.

Antonio Avenoso, directeur exécutif du Conseil européen pour le transport routier, a commenté cette initiative : « Des normes européennes plus sévères sont requises de toute urgence pour s’assurer que des technologies efficaces, éprouvées et disponibles comme les limiteurs de vitesse, les systèmes automatiques de freinage d’urgence et les systèmes avancés de rappel du port de la ceinture de sécurité soient montés en série, et non plus en option. »

PARTAGER SUR