Publi-Communiqué

« Un gain de 9,5 % sur le TCO avec la géolocalisation » : Jean-Philippe Cavenne, groupe René Bertin

Jean-Philippe Cavenne est le directeur des services généraux du groupe René Bertin. Spécialiste de la rénovation de l’habitat, notre groupe emploie 1 500 collaborateurs.

1260

Sur notre marché, les prix baissent, avec des charges toujours plus élevées. Cette conjoncture oblige à traquer les coûts cachés.

Troisième ou quatrième poste de dépenses, notre flotte de 580 véhicules constitue un important levier d’économie. En 2011, nous avons équipé les 300 utilitaires légers du département technique d’une solution de géolocalisation pour maîtriser le TCO et pour missionner le technicien le plus proche de chaque lieu d’intervention. Nous avons soumis notre cahier des charges à trois fournisseurs et sélectionné Orange Business Services car nous avions développé des relations de partenariat avec leurs antennes régionales. De plus, leurs équipes ont rapidement cerné nos besoins.

Contrairement aux informations issues des cartes carburant, nous obtenons des kilométrages précis et pouvons adapter les contrats de location longue durée en fonction de la réalité des utilisations. Notre direction financière apprécie cette capacité à lisser les coûts dans la durée et nous avons gagné 6 % sur nos contrats. Nous suivons aussi le TCO de la flotte dans un poste spécifique. Globalement, sur le carburant, les pneumatiques, l’entretien, les péages et l’assurance, nous avons économisé 9,5 %.

2012 est la première année où nous avons mesuré les gains sur douze mois. La solution a été largement amortie. Après avoir été submergé par les informations, nous avons établi une méthodologie pour exploiter les données les plus pertinentes. Avec le recul, je suis satisfait de cette solution et en fais la promotion auprès des gestionnaires de flotte que je rencontre. Mais je leur explique que poser des boîtiers ne suffit pas : les bénéfices sont d’autant plus élevés que des données pertinentes ont été sélectionnées en aval puis analysées en profondeur.

PARTAGER SUR