Sécurité routière : un projet européen de partage des données

À l’occasion du congrès ITS qui se tient actuellement à Eindhoven aux Pays-bas, les membres du partenariat public-privé « European Data Task Force » ont annoncé le lancement d’un projet pilote de partage en temps réel de données de trafic anonymisées pour la sécurité routière.

1109
European Data Task Force
Signalement des dangers sur un Volvo XC40

Créé en 2017, l’« European Data Task Force » regroupe les constructeurs BMW, Ford, Mercedes et Volvo, le spécialiste de la cartographie Here, le télématicien TomTom, ainsi que les Pays-Bas, l’Espagne, la Finlande, l’Allemagne et le Luxembourg.

Ces entités viennent de signer un protocole d’accord pour le lancement d’un projet pilote de partage des données des véhicules connectés qui devrait durer 12 mois, en commençant par les Pays-Bas avant d’être étendu à d’autres pays. L’objectif : étudier les aspects techniques, économiques et juridiques de la technologie V2X (vehicle-to-everything) dans le but d’améliorer la sécurité routière.

Une démonstration à Eindhoven

Pour illustrer l’intérêt du projet, deux émetteurs ont été positionnés le long d’un itinéraire allant du centre-ville au centre des congrès d’Eindhoven. Trois véhicules d’essai « receveurs » Mercedes-Benz, BMW et Ford ont ensuite parcouru le trajet pour simuler trois scénarios : l’activation d’un système d’avertissement de danger par un conducteur, l’envoi d’un appel d’urgence via l’eCall et l’avertissement d’un danger par un centre de gestion de la circulation, par exemple des travaux routiers mobiles. À chaque émission d’une alerte, les trois véhicules ont reçu un message via leurs systèmes de navigation embarqués.

En pratique, l’émetteur – qu’il s’agisse d’un véhicule ou d’une autorité routière – anonymise le message puis l’envoie généralement par radiocommunication à un « agrégateur », ici Here Technologies ou TomTom. En conditions réelles, l’agrégateur collecte les informations jusqu’à ce qu’un nombre critique ait été atteint et envoie le message d’avertissement aux véhicules utilisant ses services et se trouvant à proximité du danger. « Chaque message contiendra uniquement des informations sur l’incident et un horodatage. Aucune référence ne sera faite au véhicule du transmetteur », précise Daimler.

Daimler communication car-2-x
Source : Daimler

Des enjeux de compatibilité des données

Le projet se concentrera notamment sur les questions de compatibilité et de traitement des données sur un serveur à distance à partir des technologies existantes, avant si besoin de développer et d’harmoniser leurs propres technologies.

Dès le 1er juillet 2019, le Groupe BMW mettre ainsi à disposition de tous les détenteurs d’une licence Creative Commons les données de trafic relatives à la sécurité remontées par ses véhicules connectés. Ces informations – anonymisées – porteront par exemple sur l’état de la route (mouillée, verglacée, etc.), une mauvaise visibilité ou la présence de véhicules en panne. De même, Volvo fournira les données issues de ses services existants Hazard Light Alert (signalement des dangers) et Slippery Road Alert (signalement des routes glissantes).