Une large gamme de motorisations pour la ville de Paris

Au début des années 2000, la ville de Paris a acquis un nombre important de modèles GPL-essence, dont des fourgonnettes. « Nous avons rencontré des problèmes de maintenance avec ces véhicules et nous sommes passés, en 2006, au diesel et au diester.

576
Une large gamme de motorisations pour la ville de Paris

En 2009, nous avons aussi introduit le superéthanol E85, avec des performances peu probantes en termes de consommation, sans oublier le débat sur la place prise par ce carburant au détriment de la production agricole », relate Didier Vardon. Désormais, la ville favorise l’essence sans plomb afin de diminuer le plus possible la pollution locale, sans oublier le GNV pour quelques cars, et l’hybride et l’électrique. « Pour le pool des véhicules de l’hôtel de ville et pour les maires d’arrondissement, nous privilégions les modèles hybrides, par exemple des Toyota Prius, ou électriques comme les Fluence Z.E. Pour conduire des personnalités,...

PARTAGER SUR