UPS investit dans une société de camionnage autonome

Le spécialiste de la logistique et du transport de colis et de fret UPS a annoncé mi-août que son groupe de capital-risque, UPS Ventures, avait réalisé un investissement minoritaire dans la société de pilotage autonome TuSimple basée à San Diego.

621
UPS et TuSimple
source: TuSimple

Préalablement à la prise de participation d’UPS dans la start-up TuSimple, le spécialiste de la logistique UPS et la société de pilotage autonome avaient décidé de tester depuis mai 2019 des semi-remorques autonomes sur une route transitaire en Arizona. Le but : déterminer si ces véhicules étaient capables d’améliorer le service et l’efficacité du réseau UPS. Pour rappel, le réseau d’UPS dessert plus de 220 pays et territoires dans le monde entier. Pour UPS, l’objectif est aussi de mieux comprendre les exigences du camionnage autonome de niveau 4 dans son réseau.

Des coûts d’expédition moins chers avec la conduite autonome

Les tests entrepris par UPS et TuSimple ont été réalisés avec un conducteur et un ingénieur dans le véhicule, afin que les deux entreprises surveillent la distance et le temps de parcours des camions, les données de sécurité et le temps de transport. Selon TuSimple, société fondée en 2015 qui a pour but de mettre sur le marché le premier camion autogéré, ces semi-remorques autonomes réduiraient « les coûts moyens d’expédition de marchandises de 30 % ». Pour Scott Price, responsable en chef de la stratégie d’UPS, la société sera « leader des technologies autonomes dans (son) parc ». Il se réjouit aussi que « toutes ces technologies offrent des avantages importants en matière de sécurité. »

L’investissement d’UPS Ventures dans l’acquisition d’une partie de TuSimple fait donc suite à ces tests qui se sont révélés concluants : « Nous sommes enthousiasmés par les avancées en matière de freinage et d’autres technologies que des entreprises comme TuSimple maîtrisent » reprend Scott Price. La jeune pousse TuSimple va ainsi continuer le développement d’une technologie qui permettra aux compagnies de transport d’exploiter en conduite autonome des semi-remorques de classe 8 avec trois essieux ou plus.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter