Usine automobile : Nissan investit dans de nouvelles technologies de production

Le constructeur japonais Nissan a annoncé un investissement de 33 milliards de yens, soit un peu plus de 273 millions d’euros, pour équiper son usine de Togichi au Japon avec de nouvelles technologies de production.

574
Nissan - système universel de montage du bloc-moteur
Système universel de montage du bloc-moteur. Source : Nissan

Avec cet investissement, Nissan veut « repenser les modes de production conventionnels et relever les défis structurels et techniques liés à la production de véhicules toujours plus électrifiés, intelligents et connectés. » Ainsi, l’usine de Togichi au Japon se dotera de palettes automatisées permettant de monter l’ensemble d’un bloc-moteur en une seule opération, et ce pour trois types de motorisations (thermiques, hybrides et électriques), avec au total 23 combinaisons différentes.

Autre nouveauté : le constructeur a numérisé certaines étapes de processus exigeant jusqu’à présent l’intervention de personnel qualifié, telle l’application des mastics d’étanchéité au niveau des jointures de la carrosserie. « Les ingénieurs ont analysé les mouvements et les gestes précis accomplis pour lisser le mastic et effectuer les finitions d’étanchéité et ont calculé la pression appliquée à chaque étape, explique Nissan. Ensuite, ils ont converti ces informations en instructions pour les robots et les ont affinées par tâtonnements. » Les robots peuvent désormais accomplir cette tâche même sur les formes de carrosserie les plus complexes, et ce 24 heures sur 24.

La robotisation concerne également l’installation des ciels de toit à bord des véhicules. « Pour effectuer ce travail, les opérateurs devaient entrer dans l’habitacle de chaque véhicule, et tenir une position inconfortable, explique le constructeur. La tâche est rendue plus ardue encore lorsque les voitures sont équipées de multiples fonctionnalités connectées, ce qui ajoute au nombre de commandes installées sur le ciel de toit. » Le robot est capable d’insérer et fixer le ciel de toit par l’avant du véhicule tout en s’assurant que celui-ci est bien enclenché.

NIssan ciel de toit
Source : Nissan

Enfin, Nissan déploiera à Togichi de nouvelles techniques de peinture. « Les carrosseries doivent être peintes à des températures élevées, nécessaires pour contrôler la viscosité de la peinture. En revanche, les pare-chocs sont en matériau composite et doivent donc être peints à basse température. Cela nécessite deux procédés distincts pour un même véhicule. » Le constructeur a donc développé une peinture à base d’eau utilisable à haute comme à basse température, permettant de réduire de 25 % les émissions de CO2 liées à ces opérations. L’usine utilisera en outre une cabine de peinture à filtre sec pour collecter les résidus de peinture et les réutiliser ensuite dans d’autres procédés de production.

Ces nouveaux équipements devraient être opérationnels dès 2020 dans l’usine de Togichi, puis seront déployés dans les autres usines du constructeur à l’échelle mondiale.