V comme VO

Tout au long de l’année les loueurs ont accordé une attention particulière à leur stratégie VO. Certains ont joué la carte de la revente aux particuliers, à l’instar d’ING Car Lease, d’autres se sont concentrés sur les professionnels. Cette stratégie prouve en tout cas que la profession entend garder la main sur le marché de l’occasion, après avoir enregistré les pires moments de son histoire avec la crise et les mesures de soutien à l’achat de véhicules neufs.

486

Chez Lease Plan, la priorité est donnée aux particuliers avec le site carnext.fr. Les modèles proposés sont garantis « de première main, jamais accidentés, de moins de quatre ans et 90 000 km ». Ils viennent tous du site VO de Maurepas (Yvelines) et sont certifiés par une charte qualité en sept points. « Depuis son lancement, le site reçoit environ 3 000 visiteurs/mois et représente un tiers des appels et e-mails entrants », précise le loueur. Parcours a, lui aussi, privilégié l’approche de la revente de VO aux particuliers. Baptisé Parcours occasions, ce réseau de marque compte onze points de revente en France et une équipe de 22 vendeurs spécialisés dans les particuliers et les marchands. Grâce à cette stratégie, les ventes à particuliers pèsent 51,5 % des ventes de VO (6 300 véhicules au total en 2009) contre 10 % en 2008.

Les loueurs multiplient les modes de revente des VO

D’autres loueurs ont opté pour la revente aux professionnels. En début d’année, GE Capital Fleet Services a fait évoluer son site @iFleet ouvert en 2001. Réservé exclusivement aux marchands, il leur propose trois modes d’achat : les ventes par soumission (150 véhicules par semaine proposés du mardi au jeudi 16 h 00), la stock list (100 véhicules proposés chaque vendredi à 11 h 00) et l’accès à l’achat sur le lieu de restitution (50 à 80 véhicules présentés à prix fixes pendant 24 heures). De son côté, ALD Automotive a ouvert en mars dernier un site internet dédié aux professionnels. 200 à 400 véhicules en stock leur sont proposés à prix fixes, avec en moyenne 40 mois d’ancienneté et 105 000 km au compteur.

Quant à Arval, il exploite une troisième voie grâce à la revente des VO aux collaborateurs des entreprises clientes. « La démarche est simple et claire, souligne le loueur. Les demandes de rachat peuvent être faites à partir de 45 jours avant la date de fin de contrat. Sous 48 heures, Arval fait une offre de rachat incluant les modalités et les conditions d’achat et se charge de toutes les étapes de l’opération », complète-t-il. Le collaborateur conserve son véhicule pendant la durée de la transaction et s’évite un déplacement pour restituer son véhicule. Le contrôle technique est systématiquement offert et Arval ne compte pas de frais de remise en état pour les véhicules vendus aux conducteurs.

PARTAGER SUR