V2X : Bosch propose un boîtier de communication multi-standard

L’équipementier Bosch a mis au point un boîtier de télématique embarquée maîtrisant plusieurs langages pour la communication des véhicules connectés avec leur environnement (V2X), en partenariat avec la start-up Veniam.

1064
Bosch V2X
(c) Bosch

Loin de l’idéal d’une base technique commune pour la communication « vehicle-to-everything », les pays et les constructeurs automobiles développent plutôt leurs propres normes pour les véhicules connectés. Selon l’équipementier allemand Bosch, la Chine miserait essentiellement sur la technologie CellularV2X (C-V2X) basée sur la téléphonie mobile, tandis que « l’Europe et les États-Unis prévoient d’introduire en plus de C-V2X des normes de transmission fondées sur le wifi (DSRC et ITS-G5) ».

En conséquence, « Bosch mise sur une approche multi-standard en matière de V2X, a expliqué Dirk Hoheisel, membre du directoire du groupe. Nous avons développé une unité d’interconnexion universelle qui maîtrise tous les langages de transmission des voitures connectées. »

Bosch Boitier v2x
(c) Bosch

Plusieurs boîtiers en un

En pratique, cette unité combine simplement différents boîtiers télématiques, maîtrisant chacun une technologie de transmission des données (DSRC, C-V2X, WLAN, LTE). « Les voitures peuvent ainsi utiliser les réseaux wifi disponibles en ville et communiquent sinon via la téléphonie mobile par exemple », illustre Bosch.

Une unité de commande centrale, utilisant une solution logicielle développée par la start-up Veniam, détermine les technologies de communication disponible à l’instant t et sélectionne la plus appropriée en fonction de la situation. Pour cela, elle prend en compte à la fois les coûts et les temps d’attente.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Bosch Veniam solution logicielle V2X
(c) Bosch / Veniam

Adapter la technologie à la situation

Par exemple, « lorsqu’il s’agit d’alerter un automobiliste qu’un véhicule va bientôt surgir devant lui depuis une rue latérale, chaque milliseconde compte, explique Bosch. Ces informations critiques doivent être échangées en temps réel, à l’aide d’une technologie extrêmement fiable et disponible en permanence, même si cela entraîne des coûts plus élevés de transmission des données. »

Inversement, « les mises à jour logicielles en provenance du cloud ou les mises à jour cartographiques au sein du système de navigation peuvent attendre qu’un réseau wifi moins onéreux soit disponible », complète l’équipementier.