VAC Location exploite les données de ses véhicules pour limiter les coûts

VAC Location, entreprise de location d’équipements et de matériels, a équipé sa flotte de 70 véhicules de la télématique Geotab en 2021. Si les données remontées lui ont permis de réduire ses consommations de carburant, le cabinet d’avocat K&L Gates rappelle toutefois aux entreprises l’importance d’informer les conducteurs sur l’utilisation de données.
6261
VAC Location exploitation données véhicules
© shutterstock

Lors d’une conférence de presse organisée le 27 octobre 2022, VAC (Véhicule Autonome de Cantonnement) Location, le télématicien Geotab et le cabinet d’avocats K&L Gates sont revenus sur le traitement des données des véhicules d’un point de vue réglementaire et pratique. L’occasion pour VAC Location d’établir un bilan sur la mise en place d’une solution de télématique.

Cette PME de moins de 100 salariés propose la location de bases de vie mobiles et autonomes à destination des entreprises de BTP. La flotte de VAC Location s’équipe aujourd’hui de 70 véhicules diesel. « Parmi nos modèles de pick-up utilitaires nous avons notamment des Land Rover Defender et des Ford Ranger. Nos 70 techniciens viennent sur nos sites avec leurs propres véhicules. Puis, ils ont recours aux véhicules de service pour transporter nos bases de vie mobiles. Ils parcourent au total plus de 3 millions de kilomètres par an, ce qui représente un coût pour la société », a introduit Bertrand Mathieu, directeur des Opérations chez Vac Location.

Une économie de 100 000 euros de carburant en un an

En 2021, VAC Location a d’abord installé un boîtier de télématique au sein de deux véhicules de techniciens pour remonter leurs données. « Nous nous sommes rendus compte que les collaborateurs laissaient régulièrement les moteurs tournants. », a fait connaître Bertrand Mathieu.

Ce directeur a ensuite expliqué au CSE la nécessité d’implanter la solution Geotab à l’ensemble de la flotte. Chose actée en 2021. « Cela n’a pas été difficile puisque les autres techniciens non équipés souhaitaient par ailleurs le boîtier. Nous avons estimé environ 50 000 euros de pertes de carburant seulement liées aux moteurs tournants en 2021. Un an plus tard, nous constatons que la mise en place de la télématique a effacé notre surcoût de carburant. Et nous a même fait économiser environ 100 000 euros de carburant en 2022 », s’est félicité le directeur des Opérations.

À noter que VAC Location verse une prime à ces techniciens tous les ans. « 30 % de notre prime chauffeur repose désormais sur deux scores : la sécurité et l’éco-conduite. En fonction de leurs notes, nous adaptons cette prime qui représente près de 10 % de leur rémunération. Cela a un réel impact car les salariés se prennent au jeu », a affirmé ce responsable.

Un apport des données de conduite et des consommations

« Les gestionnaires de flotte ont besoin de connaître l’état de vétusté, d’utilisation et d’entretien de leurs véhicules afin d’agir en conséquence. La solution de Geotab permet d’optimiser l’usage de son parc en ayant connaissance des temps d’arrêts moteur tournant, des vitesses énergivores et de l’utilisation de la boîte de vitesse en temps réel afin de comparer les consommations réelles aux factures », a énuméré Pascal Six, Business Development Manager Geotab.

VAC Location traçait déjà ses véhicules avant la mise en place de la solution Geotab. « La géolocalisation nous permet d’être plus réactif en cas d’un problème d’un collaborateur. Ce qui était nouveau, c’est l’apport de la data sur le mode de conduite et les consommations. Nous avons ainsi identifié que les moteurs de certains véhicules consomment plus que d’autres et nous avons formé nos collaborateurs afin qu’ils adaptent leurs comportements de conduite », a relaté Bertrand Mathieu.

Veiller à bien informer ses collaborateurs…

Mais les conducteurs ont-ils réellement connaissance de l’usage de ces données ? « L’entreprise mentionne la solution de géolocalisation dans le contrat de travail des salariés. Ils sont donc au courant dès l’embauche. Nous avons cependant reçu un courrier de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Un salarié parti de l’entreprise avait signalé à l’organisme qu’il n’était pas au courant de l’utilisation de ces données. D’où l’importance de bien informer nos salariés ayant des langages et des origines différents », a révélé Bertrand Mathieu.

… de la collecte et du traitement de données

« D’après le règlement européen sur la protection des données (RGPD), les entreprises doivent ne collecter que les données nécessaires », a pointé Claude Étienne-Armingaud. Rappelant la réglementation actuelle, l’avocat associé chez K&L Gates a ensuite présenté différents scénarios possibles de collecte de données.

« Les informations collectées dans la voiture peuvent rester sous la maîtrise unique de l’usager et ne sont pas transmises en dehors du véhicule : c’est le  » in-in « . Ou alors, être transmises au fournisseur de service, tel que Geotab (in-out). Enfin, elles peuvent être transmises au fournisseur de service pour déclencher à distance une action automatique dans le véhicule (in-out-in). Le responsable du traitement des données doit se montrer transparent et documenter la finalité de l’enregistrement de ces données », a argumenté Claude Étienne-Armingaud.

Le télématicien Geotab se doit ainsi de montrer son exemplarité sur la question. « Les données arrivent de manière cryptée dans le boîtier. Puis remontent au sein d’une passerelle Geotab qui contextualise ces informations. Seules les données autorisées passent dans la base de données. Le traitement de ces données a pour finalité : la productivité, l’optimisation de la flotte, la limitation des coûts, la sécurité, la durabilité, la conformité et l’évolutivité », a rassuré Pascal Six.

Restreindre la conservation

Autre point important rappelé par Claude Étienne-Armingaud, avocat associé chez K&L Gates : « il est indispensable de fixer des durées de conservation des données et de les sécuriser. »

« Les flottes peuvent paramétrer la durée de conservation des données avec des systèmes de purges automatiques ou manuelles. Cependant, la durée de conservation des données doit être logique avec la productivité de l’entreprise, par exemple pour le suivi de colis. En termes de durée, il faut prendre en compte qu’un sinistre grave arrive généralement tous les sept ans. Ainsi, observer des comportements sur trente jours reste illusoire. Il faut se laisser suffisamment de temps pour compatibiliser les comportements à risque », a répondu Pascal Six de Geotab.

« Nous avons lancé un mode restreint qui permet aux entreprises de bloquer la géolocalisation à distance, par exemple au niveau des zones balnéaires lors de vacances d’un salarié. Les commerciaux et les techniciens peuvent également activer ce mode restreint via un bouton de contrôle depuis leur véhicule », a-t-il repris.

« Nous constatons que de nombreuses entreprises s’inquiètent encore de passer à la télématique de crainte de ne pas savoir ce qui est permis ou pas. Nous démontrons qu’il est possible de respecter la vie privée des salariés en intégrant des solutions de télématique », a résumé François Denis, directeur général France de Geotab.

La télématique pour électrifier

Si VAC Location a réduit ses consommations de carburant malgré un contexte de hausse de prix, il en faudra cependant en faire plus pour réduire ses émissions. « Même si la télématique est un succès, nous devons encore nous améliorer. Notre parc est encore en 100 % diesel et nous réfléchissons à verdir notre flotte. Pour l’instant, nous n’avons pas réellement identifié les véhicules potentiels à électrifier. Cependant, nous avons engagé des discussions avec le constructeur Iveco pour d’éventuels véhicules au gaz ou électriques à intégrer d’ici 2023 et 2024 », a annoncé Bertrand Mathieu.

Et, on peut supposer que la télématique aura sûrement sa place pour ce prochain verdissement de la flotte. « Nous offrons un audit d’électrification. Il prend en compte l’ensemble des trajets des collaborateurs sur douze mois afin d’avoir les périodes estivale (utilisation active de la climatisation) et hivernale (chauffage du véhicule) pour déterminer si le véhicule électrique se prête à l’usage. En fonction d’un curseur, nous identifions le pourcentage de parc électrifiable », a illustré Pascal Six.