Valeo : 18,7 milliards d’euros de commandes au premier semestre 2018

L’équipementier automobile a présenté ses résultats du premier semestre. Il anticipe une croissance à deux chiffres en 2019, son carnet de commandes ayant atteint 18,7 milliards d’euros depuis le début de l’année, dont 4,7 milliards pour Valeo Siemens eAutomotive.

1743
Valeo

L’industriel a enregistré un chiffre d’affaires de 9,9 milliards d’euros au premier semestre 2018, soit une croissance à taux constant de 9 %, contre 15 % au premier semestre 2017. Toutefois, « en dépit d’une croissance limitée au premier trimestre et d’une hausse importante du prix des matières premières, nous avons maintenu nos marges au même niveau que 2017 », a commenté Jacques Aschenbroich, P-DG de Valeo.

Le groupe reste prudent dans ses prévisions pour 2018, du fait des incertitudes liées à la hausse du prix de l’acier et la résine, et au retard pris par les constructeurs dans l’homologation des véhicules selon la nouvelle norme WLTP. L’industriel anticipe ainsi une marge opérationnelle « légèrement inférieure à celle de 2017 (7,8 % du chiffres d’affaires) ».

Reste que Valeo prévoit toujours une croissance à deux chiffres de ses ventes en 2019, en se basant sur un carnet de commandes de 18,7 milliards d’euros au premier semestre 2018, dont 4,7 milliards pour sa joint-venture avec Siemens, Valeo Siemens eAutomotive.

Valeo Siemens eAutomotive : futur leader du VE ?

« Lorsque nous avons créé la joint-venture, on nous a demandé s’il y avait un marché, si les constructeurs ne fabriqueraient pas les moteurs électriques eux-mêmes comme pour les moteurs thermiques, et s’il y avait une place pour un équipementier comme Valeo face à la Chine. Aujourd’hui, nous avons 10,8 milliards de commandes cumulées à fin juin 2018 dont 50 % pour la Chine et 58 % concernant des moteurs électriques, s’est félicité Jacques Aschenbroich. L’enjeu consiste maintenant à développer sans anicroche les produits demandés par les clients. »

Pour l’instant, la joint-venture affiche une perte globale d’environ 200 millions d’euros qui grève de 0,3 point le compte de résultat de Valeo en 2018, mais ce chiffre devrait s’améliorer avec les premiers démarrages de production fin 2019 et surtout en 2020. Selon les prévisions du groupe, Valeo Siemens devrait réaliser un chiffre d’affaires supérieur à 2 milliards d’euros à l’horizon 2022, ainsi qu’une marge avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) du même ordre de grandeur que celle de Valeo (13,6 % au premier semestre 2018). Jacques Aschenbroich estime d’ailleurs que « Valeo Siemens sera probablement le leader du marché du VE. »

« Avec moins de diesel, il faut plus d’électrique pour respecter les normes CO2 »

« Ce que l’on voit, précise-t-il, c’est que le diesel baisse beaucoup plus vite que ce que n’importe qui avait imaginé. Avec moins de diesel, il faut plus d’électrique pour respecter les normes CO2, et notamment plus de 48 V et de haut voltage. Tout cela va dans le bon sens pour Valeo et permet d’accélérer les commandes. Cela confirme la pertinence de notre choix stratégique. »

Interrogé sur les objectifs de réduction des émissions de CO2 de la Commission européenne, Jacques Aschenbroich pointe une « évolution extrêmement rapide », mais dont le succès et le rythme dépendront in fine des choix des consommateurs.

PARTAGER SUR