Valeurs résiduelles et succès commerciales

- Magazine N°132
456

En entreprise, la valeur des autos à la revente a-t’elle une influence sur leur succès ? Oui, répond Dominique Allain, directeur général d’EurotaxGlass’s France. Et ceci, qu’il s’agisse d’achat ou de location longue durée. « Des gestionnaires de parcs de grandes entreprises nous contactent pour recueillir notre avis quant aux valeurs futures des véhicules qu’ils s’apprêtent à acquérir ou bien à louer. Ils veulent une autre expertise et nous travaillons, ainsi, régulièrement, avec environ vingt-cinq grandes flottes, très professionnelles. » Autre aspect de l’influence des valeurs résiduelles relevé par Edouard Rance, directeur d’ERCG : « Certains loueurs n’ont jamais apprécié des véhicules pourtant excellents techniquement, mais peu à leur goût en terme de look. Ils leur ont, par conséquent, attribué une faible valeur de revente et leur succès n’a jamais été bon en entreprises. A l’inverse, ils ont parfois valorisé des autos au design «détonnant», mais d’une fiabilité technique fébrile… J’ai tendance à penser que ce sont les loueurs qui font la pluie et le beau temps à propos des valeurs résiduelles et quant à l’influence qu’elles ont sur le choix des gestionnaires de parcs. Alors qu’auprès du grand public, la valeur de revente est plutôt un alibi : si l’on dit qu’elle est bonne, cela justifie l’achat de l’auto de ses rêves… »