Van Hool accélère sur l’hydrogène

Le constructeur belge a reçu une commande record de 40 autobus hybrides hydrogène-électrique pour équiper les sociétés de transport RKV à Cologne et WSW à Wuppertal en Allemagne.

2369
Van Hool bus hydrogène A330FC
Bus hydrogène A330 (c) Van Hool

Van Hool doit désormais construire 30 bus pour Cologne et 10 pour Wuppertal dans son usine de Koningshooikt. La livraison des premiers véhicules est attendue au printemps 2019. La commande concerne des A330 à deux essieux de 12 m de long à motorisation hybride hydrogène-électrique.

Les piles à combustible assurent la majeure partie de la propulsion, les batteries électriques jouant un rôle de support.

350 km d’autonomie grâce à une propulsion hybride

« Grâce à cette propulsion hybride et à la réutilisation de l’énergie de freinage, la consommation d’hydrogène est limitée à environ 8 kg par 100 km, précise le constructeur. Les bus, d’une capacité de réservoir de 38,2 kg d’hydrogène embarqués, sont en mesure d’effectuer leur journée complète, soit les 350 km prévus. »

« Cette commande exceptionnelle, la plus importante jamais réalisée pour les autobus à hydrogène en Europe, constitue un sérieux coup de pouce à l’utilisation de la technologie de l’hydrogène pour la propulsion des autobus destinés aux transports publics », a commenté Filip Van Hool, P-DG de Van Hool. Le constructeur va quasiment doubler son parc de bus hydrogène en circulation, soit actuellement 53 véhicules dont 21 en Amérique du Nord et 32 en Europe. Le constructeur livrera de plus 8 tram-bus hydrogène à la ville de Pau au second semestre 2019.

Vers une flotte de bus zéro émission pour RVK

RVK avait déjà effectué des tests avec la mise en circulation de deux prototypes dès 2011, et la mise en circulation de deux bus Van Hool en mai 2014. Pour l’exploitation des nouveaux véhicules, l’entreprise a prévu de construire deux stations de ravitaillement en hydrogène. Elle ambitionne d’acheter 100 % de bus zéro émission dès 2030.

La société WSW a quant à elle choisi l’hydrogène car les bus électriques de son réseau de transports publics ne disposaient pas des capacités nécessaires, et parce qu’elle produit également de l’hydrogène.

Un financement national et européen

Cette double commande a été subventionnée par le ministère fédéral allemand des transports et des infrastructures numériques (BMVI) dans le cadre d’un programme national d’innovation consacré à l’hydrogène, et par le consortium européen « Fuel Cells and Hydrogen Joint Undertaking » (FCH JU) au titre du programme Horizon 2020. RVK a ainsi reçu 7,4 millions d’euros du ministère et 5,6 millions d’euros via le projet européen JIVE (pour Joint Initiative for hydrogen Vehicles across Europe).

À lire également : 16 autobus hybrides GNC-électriques pour le Tram’bus de Nîmes

PARTAGER SUR