Véhicule connecté : quel rôle pour les GAFA ?

Dans le monde de l’automobile, l’une des incertitudes majeures porte sur la place qu’occuperont demain les GAFA. Car à plus ou moins long terme, la voiture pourrait devenir un simple terminal mobile sur roues avec pour principale valeur ajoutée la possibilité de consulter des contenus en ligne.

- Magazine N°250
495
telematique

Dans ces conditions, les constructeurs perdraient leur raison d’être puis leurs revenus. Android Auto est en effet déjà disponible chez de nombreux constructeurs et pourrait se révéler un véritable cheval de Troie. « Il y a dix ans, les smartphones HTC ont délaissé Symbian, le système d’exploitation de Nokia, pour Android, celui de Google, explique Lucas Leonardi. Aujourd’hui, NTC a disparu car l’expérience utilisateur est devenue celle de Google. » Sans contenu, la marque NTC ne se justifiait plus.

Dans un avenir plus ou moins lointain, les GAFA risquent donc de concurrencer les constructeurs en proposant de plus en plus de services connectés aux conducteurs et aux gestionnaires de flotte. De leur côté, les prestataires spécialisés comme Masternaut ou TomTom Telematics pourraient aussi chasser sur les terres des constructeurs. Devant ces menaces, le Groupe PSA affiche une sérénité à toute épreuve. « Dans l’avenir, tous les véhicules seront équipés de boîtiers. Cela n’aura aucun sens d’en rajouter. Nous n’avons pas d’inquiétude face aux GAFA. Quel que soit le fournisseur, s’il a besoin de se connecter au véhicule, il pourra faire appel à nos équipements. Le marché se structurera à travers des partenariats », anticipe Olivier Emsalem, responsable des services télématiques du Groupe PSA sur le marché BtoB. À suivre.