Véhicule d’entreprise : un marché en dents de scie au premier semestre 2017

Sur les six premiers mois de l’année, trois ont affiché des immatriculations en repli, avec au final une baisse de 1,3 % des ventes de VP et de VUL en entreprise.

1635
©welcomia_123RF
©welcomia_123RF

Selon les derniers chiffres communiqués par l’Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE), le premier semestre 2017 a été marqué par un repli des ventes professionnelles (hors LLD et ventes constructeurs). 402 937 véhicules ont été immatriculés, contre 408 079 sur la même période en 2016.

Les résultats ont de plus été très inégaux sur les six premiers mois de l’année, avec + 3,7 % en janvier, + 4,2 % en mars et + 4,4 % en mai ; et inversement – 10 % en février, – 7,2 % en avril et – 2 % en juin. Au bilan : un marché en recul de 1,3 %. Un sévère revirement après la hausse de 13,3 % au premier semestre 2016.

OVE - évolution des ventes de véhicules d'entreprise premier semestre 2016-2017
Source : OVE

Globalement, le marché a été tiré par les ventes de VUL (170 486 unités), en augmentation de 2,5 %, même si l’évolution a été plus faible qu’en 2016 (+ 11,6 %). Les VP ont quant à eux subi une baisse des immatriculations cumulées de 3,8 % (241 451 unités), contre + 14,5 % en 2016.

Le diesel en repli depuis avril

OVE - parts de marché vp+vul entreprise premier semestre 2017
Source : OVE

Suite à la mise en place de la déductibilité progressive de la TVA sur l’essence, le mix énergétique des flottes s’est diversifié en direction de l’essence. Sur le premier semestre 2017, les immatriculations de VP et VUL essence ont ainsi augmenté de 2 % : 45 632 unités ont été mises à la route, contre 44 737 sur la même période en 2016. L’essence détient désormais 11,3 % de part de marché dans les entreprises. Mais cette motorisation demeure majoritairement réservée aux VP (42 107 immatriculations, contre 3 525 pour les VUL).

En parallèle, les ventes de véhicules électriques ont également progressé, avec 5 243 immatriculations au premier semestre 2017, contre 4 678 en 2016, soit + 12,1 %. La part de marché de l’électrique est de 1,3 % tant pour les VUL que les VP. Pour ces derniers, ces bons résultats restent toutefois à nuancer : la progression avait été deux fois plus forte entre 2015 et 2016.

Malgré la suppression du bonus, le marché des hybrides non rechargeables s’est bien tenu, avec 6 273 mises à la route, soit + 6,2 %. Idem pour les hybrides rechargeables, avec 2 268 unités (+ 30,4 %).

En conséquence, les ventes de diesel ont chuté à partir du mois d’avril. La part de marché de la motorisation reine des flottes est passée de 85,94 % au premier semestre 2016 à 85,1 % en 2017. 343 059 véhicules ont été vendus (VP et VUL), contre 350 684 en 2016, soit – 2,2 %.