Véhicules acquis

Des amortissements pas toujours déductibles

432

Sachez-le : les véhicules acquis par les entreprises font partie intégrante des «immobilisations» (éléments actifs immobilisés). Dans ce cas, les véhicules sont inscrits à l’actif de l’entreprise pour leurs coûts réels d’acquisitions (prix d’achat, accessoires, frais de transport, notamment). Le prix d’achat s’entend TTC pour les VP (véhicules particuliers) et HT pour les VU (véhicules utilitaires). Les véhicules, parce qu’ils subissent une dépréciation d’usure, sont des immobilisations donnant lieu à la déduction d’un amortissement. Toutefois, l’Etat a fixé un plafond au delà duquel il y a une non-déductibilité. La fraction de l’amortissement exclue des charges déductibles doit être rapportée au bénéfice imposable. Les VP et VU font impérativement l’objet d’un amortissement linéaire sur 4 ou 5 ans (soit un taux d’amortissement de 25 ou 20 % par an).

Les véhicules propres favorisés

Afin de favoriser les véhicules propres, il été a décidé de créer deux plafonds d’amortissements non déductibles en fonction de l’émission de CO2 :