Sept véhicules automatisés pour la Drôme et le Val de Drôme

La Drôme et le Val de Drôme se lancent dans un projet de véhicules automatisés destinés aux déplacements ruraux. Parmi les véhicules, quatre seront sans opérateurs.
1099
Véhicules automatisés Drôme Val de Drôme
L'une des navettes automatisées de Beti dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Source : YouTube

Les partenaires de l’expérimentation menée de 2020 et 2021 d’une navette automatisée entre la gare de Crest dans la Drôme et le parc d’activité de l’Ecosite du Val de Drôme, distant de 9,6 km, se retrouvent pour un nouveau projet. Baptisé Rima, celui-ci prévoit cette fois la mise en circulation de sept véhicules automatisés, dont quatre sans opérateur. Ils circuleront dans la zone rurale de Crest et du Val de Drôme sur une superficie de 50 km².

Beti, l’opérateur de réseaux de véhicules automatisés, sera en charge de l’acquisition et de l’exploitation de la flotte. Les véhicules s’équiperont du système de navigation autonome de Navya, qui accompagnera également la mise en service des véhicules. La Macif veillera à « l’acceptabilité du réseau sans opérateur à bord » et à l’assurance des véhicules mis à la route. Enfin, Vinci, via sa filiale SVMS, va concevoir et entretenir les équipements de signalisation du réseau de véhicules autonomes.

Entre Crest et le Val de Drôme : des déplacements automatisés quotidiens, de santé et touristiques

Ce réseau doit « s’intégrer parfaitement aux infrastructures routières existantes en y agrégeant une logique de services », indique Benjamin Beaudet, directeur général de Beti. « Les membres du consortium délivreront une solution clé en main, résument les partenaires du projet Rima. Ils assureront l’exploitation, le développement technique des navettes automatisées et la mise en place de l’infrastructure nécessaire. Et ce, en adéquation avec les besoins et les attentes des utilisateurs finaux et des parties prenantes du territoire : collectivités, entreprises, associations, habitants et usagers ».

Le service serait une « alternative à l’autosolisme, aussi bien dans les villes que dans les territoires ruraux » selon Sophie Desormière, présidente du directoire de Navya. Ainsi, les sept véhicules devront faciliter localement les déplacements du quotidien, de santé et touristiques. Rima a été sélectionné suite à l’appel à Projet Mobilités Routières Automatisées, lancé dans le cadre du quatrième Programme d’Investissements d’Avenir, PIA4-France 2030.