Véhicules d’occasion : une année 2015 record !

D’après des données dévoilées par AutoScout24, les ventes de VO ont augmenté de 2 % en décembre à 460 324 unités en France. Sur 2015, le marché affiche plus de 5,5 millions de transactions, un record depuis 2007.

543
Véhicules d’occasion : une année 2015 record !

Après un joli rebond en novembre, les ventes de véhicules d’occasion ont terminé 2015 sur une nouvelle belle performance. D’après Autoscout24, 460 324 véhicules ont ainsi été échangés en France en décembre, soit une progression des transactions de 2 % par rapport à la même période en 2014. Sur l’ensemble de l’année, le marché du VO atteint 5 562 164 millions d’unités, soit une progression de 2,1 % par rapport à 2014.

Pour la plateforme de petites annonces digitales, les ventes « enregistrent des résultats inégalés depuis 2007 », malgré le scandale Volkswagen qui a eu « un effet direct sur les transactions VO », et plus précisément sur le « dernier trimestre 2015 ».

Les Français bien représentés

Si, sur le marché VN, les marques françaises ont été moins performantes que leurs concurrents étrangers, elles ont représenté 55,5 % du marché VO en 2015. Avec 1,3 million de véhicules échangés, Renault a dominé les débats avec une part de marché de 23,6 %, un chiffre en légère baisse cependant par rapport à 2014 (24,07 % de PdM). Peugeot, de son côté, a vu ses ventes augmenter de 0,23 % pour atteindre 1,04 million d’unités (18,8 % de PdM), tandis que Citroën-DS a progressé plus vite que le marché (+ 2,54 %), avec 728 485 ventes (13,10 % de PdM).

Jusqu’ici peu impacté par l’affaire des diesels truqués, Volkswagen a connu une fin d’année difficile sur le marché VO. Sur le dernier trimestre, la marque étendard a vu sa part de marché se contracter de 1,59 % avec 97 218 ventes, au contraire des autres constructeurs du groupe qui ont tous progressé.

Parmi les grands gagnants du marché, les constructeurs « premium » allemands, affichent tous une progression autour de 5 % tandis que Kia (+ 15,9 %), Nissan (+ 13,7 %) et Dacia (+ 11,4 %), enregistrent les plus fortes hausses.

Diesel : la baisse inexorable ?

Autre élément dévoilé par AutoScout24 : « Après une stabilisation en 2014, le rééquilibrage diesel-essence semble s’amorcer plus nettement ». Ainsi, sur les douze derniers mois, la part de marché de l’essence a progressé de près de 1 % pour atteindre 31,39 % des transactions. Le diesel est lui en repli, les ventes représentant cependant toujours 67,33 % du total annuel.

Les motorisations alternatives ont, elles, progressé, à l’image des hybrides à 32 521 unités (0,58 % de PdM), mais restent tout de même confidentielles.