Véhicules électriques : la recharge, nerf de la guerre

Alors qu’Arnaud Montebourg a annoncé le 3 octobre des mesures de soutien à la voiture électrique, les initiatives se multiplient pour « faire passer le courant ». La Caisse des dépôts, ERDF, PSA et Renault ont ainsi lancé un programme de géolocalisation des bornes de recharge, tandis que Spie et A2GP se sont associés autour d’une offre de bornes en location.

- Magazine N°183
984

Avec la prolongation annoncée pour 2013 du bonus de 7 000 euros pour les véhicules électriques destiné aux particuliers et aux professionnels, puis la mise en place du nouveau malus, le gouvernement semble vouloir s’imposer comme le chef de file de la mobilité électrique. Et il l’a confirmé lors du récent lancement de la mission Hirtzman par Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif. L’objectif ? Densifier le maillage de bornes de recharge électrique sur le territoire. Dotée d’un budget de 50 millions d’euros, débloqués dans le cadre du grand emprunt, cette mission a un enjeu clair : encourager l’électrique.

Plusieurs pistes sont envisagées pour accroître le nombre de points de recharge. Tandis que des accords devraient être passés avec les stations-services et les grandes surfaces – Leclerc envisage d’en implanter 500 d’ici 2014 –, les sociétés d’autoroutes participent elles aussi aux pourparlers. En plus de l’installation de bornes sur leurs aires, elles devraient offrir des tarifs préférentiels aux usagers de modèles électriques.

Des collectivités aidées par l’Etat

Même raisonnement pour les collectivités qui recevraient une aide de l’État pour implanter des bornes sur la voie publique, à condition qu’elles proposent des tarifs de stationnement réduits, voire gratuits aux utilisateurs de véhicules électriques. Selon le ministre du redressement productif, des accords de principe devraient être conclus avant la fin de l’année avec les acteurs en question.

Mais pour assurer l’avenir de l’électrique, il faut que les utilisateurs puissent localiser facilement ces nouvelles installations. Dans cet objectif, la Caisse des dépôts, ERDF, PSA et Renault ont signé un protocole visant à créer, d’ici un an, la structure commune GIREVE pour Groupement pour l’itinérance des recharges électriques de véhicules.

Conduit sous l’égide de l’État, ce projet permettra de renseigner les utilisateurs sur le positionnement des bornes, grâce à des applications sur GPS et smartphones. L’usager pourra réserver et employer n’importe quelle installation, quel qu’en soit l’opérateur et ceci aussi bien dans sa zone habituelle, qu’à l’occasion de trajets hors périmètre.

La seconde mission des cinq acteurs sera ensuite de réaliser un répertoire de toutes les bornes existantes. Mis ensuite à disposition de l’ensemble des opérateurs, cet inventaire servira à étendre leurs services de cartographie, de recharge, de mobilité et d’accompagnement.

Autre annonce récente, Spie, spécialiste des services en génie électrique, s’est associé avec un partenaire financier A2GP autour d’une solution locative de bornes. Le but ? Offrir aux entreprises et collectivités de se doter de points de recharge sans grever leur capacité d’investissement.

Une offre de location des bornes

Ce système se veut souple : « Les clients pourront s’équiper selon les progrès technologiques et selon leurs besoins, sans réinvestir à chaque fois », argumente Bruno Vaslin, responsable du marketing et du développement des infrastructures de mobilité électrique pour Spie. Au-delà de ce financement locatif, l’offre pourra s’accompagner de prestations d’équipement et de personnalisation des espaces dédiés à la charge (installation signalétique, marquage au sol, etc.). Spie et A2GP travaillent avec Renault sur un produit similaire destiné aux particuliers qui souhaiteraient s’équiper d’une borne de recharge personnelle.

PARTAGER SUR