Véhicules électriques : le courant passe tout doucement

Après des débuts très en fanfare l’an passé, le véhicule électrique commence tout juste à apparaître dans les flottes, ou plus exactement dans les commandes passées aux constructeurs hexagonaux ou étrangers. Mais qu’il s’agisse de véhicules particuliers ou bien encore d’utilitaires, les chiffres demeurent, à l’heure actuelle, plutôt modestes.

- Magazine N°166
471
Véhicules électriques : le courant passe tout doucement

Avec l’électrique, les constructeurs en sont le plus souvent à démarcher les clients. « En octobre dernier, nous avons fait essayer notre Ampera à nos clients flottes privilégiés. Leurs réactions ont été très positives : tous ont été surpris par ce véhicule électrique qui fonctionne très bien, sans problème d’autonomie grâce à son moteur thermique complémentaire », relate Philippe Peyrard, directeur du département des ventes aux entreprises et VU d’Opel.

Qui procède à un état des lieux du marché : « Avec l’électrique, nous n’en sommes qu’au démarrage ; nous prévoyons que 70 % des commandes viendront des professionnels, avec la location longue durée comme formule prépondérante. »

Ford et Volvo attendent 2012 pour la commercialisation

Chez Ford, il faudra attendre 2012 pour la commercialisation de la Focus électrique dans l’Hexagone, du Transit Connect électrique ou du C-Max hybride. « Les deux premiers sont plutôt destinés aux flottes, le troisième aux particuliers, tout en intéressant les entreprises. Dans tous les cas, nous avons une offre large et plurielle », avance Philippe Flon, directeur des ventes sociétés et VU.

Chez Volvo, c’est aussi en 2012 que la V60 hybride rechargeable sera mise à disposition des flottes, après une présentation au tout prochain salon de Genève. « Celle-ci n’émettra que 50 g/km de CO2, pour 1,9 l/100 km. En ce moment, nous préparons le terrain avec les loueurs, notamment pour positionner les valeurs résiduelles, sans pouvoir faire de prévisions », nous explique Nathalie Davenne, responsables des ventes sociétés.

De son côté, Mercedes Smart est un peu plus avancé, avec d’ores et déjà 55 Smart électriques livrées à des flottes ou des collectivités locales. « Au total, nous avons enregistré 200 véhicules à livrer d’ici la fin du premier semestre 2011 », note Frédéric Grandvoinnet. Ils sont loués 700 euros HT par mois, en incluant, sur quatre ans, l’entretien, la maintenance, la garantie et l’assistance. « Pour la Classe A électrique, nous attendons encore quelques éléments de tarifs et de “timing“ pour procéder à la commercialisation », complète le directeur des ventes sociétés et occasions.

Renault avance aussi quelques éléments de prix : le Kangoo ZE, avec 650 kg de charge utile et 160 km d’autonomie, sera commercialisé à 15 000 euros HT, la Fluence ZE à 21 300 euros TTC. « Mais la principale promesse concerne les batteries, observe François Guionnet, directeur des ventes spéciales et directeur général Renault parc entreprises. Nous assumons donc le risque lié à la VR des véhicules électriques en proposant la batterie à la location, à 72 euros par mois pour le Kangoo, et 79 euros pour la Fluence, sachant qu’un plein coûte 1 euro. Avec cette offre, les entreprises seront preneuses ». Sans préciser cependant de chiffres puisque les commandes se feront en novembre et décembre 2011.

Renault mise sur la location mensuelle de la batterie

« Nous n’avons pas voulu de montée en cadence progressive : dès octobre-novembre, nous commercialiserons la Kangoo, la Fluence et la Twizzy, immédiatement disponibles en grand nombre », poursuit François Guionnet. Chez Peugeot, les livraisons de la iOn auront lieu dans quelques semaines. « Nous avons dépassé les 400 demandes de cotation de la part des clients. En 2011, les volumes devraient rester relativement limités et nous anticipons environ un millier de ventes en 2012. À l’échelle de l’Europe, 1 200 iOn ont déjà été commandées, essentiellement par des clients flottes. Un point à souligner : nous recevons des demandes de la part de clients qui gèrent de petites flottes de 10, 15 ou 20 véhicules », détaille Francis Harnie, directeur de Peugeot Professionnel France. Qui apporte un élément intéressant : « En France, nombre de clients entreprises attendent les résultats de l’appel d’offres de l’Ugap ».

Pour la société soeur Citroën, Arnaud Duchemin ne dit pas autre chose. « Nous suivons de très près la rédaction du cahier des charges de cet appel d’offres pour y répondre et nous y préparer au mieux », rappelle le responsable de Citroën Business et de Citroën Select en France. Pour la C-Zéro, Citroën comptabilise 400 commandes flottes dont 250 pour National Citer. Pour cette voiture, le loyer s’élève à 459 euros TTC sur quatre ans, et 260 euros TTC sur les quatre ans suivants.

Une offre packagée Citroën- Carbox pour l’électrique

« Nous visons 1 000 C-Zéro en 2011 et au maximum 500 Berlingo First électriques. Sur ce total, la livraison des 250 fourgonnettes de La Poste est en cours », reprend Arnaud Duchemin. En parallèle, le constructeur propose avec Carbox l’offre Citroën Business Connected. Pour les entreprises, ce système d’auto-partage permet d’intégrer dans les flottes un pool de véhicules électriques. « Nous nous occupons de tout, maintenance, lavage, entretien, etc. Cette offre fonctionne depuis fin novembre dernier et nous avons déjà des entreprises adhérentes, plutôt de grands groupes ».

À quand le décollage de l’électrique ? « Les véhicules full hybrides et électriques devraient peser à peu près 15 % du marché – soit environ 10 % de full hybrides et 5 % d’électriques – à l’horizon 2015-2020. Et à cette échéance, PSA compte vendre 100 000 hybrides par an », conclut Francis Harnie, de Peugeot Professionnel France.