Véhicules électriques, bornes de recharge : où en sont les pétroliers en Europe ?

D’après un rapport de GlobalData, la production de véhicules électriques devrait quadrupler d’ici 2026 en Europe. De quoi inciter les grandes compagnies pétrolières et gazières européennes à déployer davantage de bornes de recharge rapide dans leurs stations-service.
5925
véhicules électriques petroliers
© TotalEnergies

Véhicules électriques et bornes de recharge constituent les deux axes majeurs du dernier rapport de GlobalData publié en mars 2022. La société de données et d’analyse examine d’abord le marché des véhicules électriques. Elle analyse ainsi la part des véhicules électriques sur le marché des véhicules légers (VL) en Europe, entre 2016 et 2036. Résultat : 16,7 millions de véhicules électriques rouleront en Europe d’ici 2026, selon GlobalData. Soit une multiplication par quatre de la production. Et Ravindra Puranik, analyste du pétrole et du gaz chez GlobalData, de constater : « Une évolution aussi importante vers les véhicules électriques a des implications majeures sur la rentabilité du pétrole dans le secteur automobile. » D’où des changements de stratégie pour les grandes compagnies pétrolières et gazières.

véhicules électriques pétroliers

L’électrification dans le viseur pour les pétroliers

Dans son rapport, GlobalData analyse ensuite l’activité des principaux pétroliers européens en matières de véhicules électriques et de bornes de recharge. Parmi lesquels BP, Shell, Repsol et TotalEnergies. GlobalData détaille pour chacun des pétroliers concernés les entreprises qu’il a acquises. Mais aussi son périmètre d’implantation dans le monde. L’analyste s’intéresse aussi aux bornes de recharge dont s’équipe chaque compagnie pétrolière. Dans le détail, il s’agit du nombre de bornes en fonctionnement et des objectifs visés. « Voitures connectées, véhicules autonomes, services de mobilité partagée et électrification bousculent les stratégies commerciales des compagnies pétrolières. Ces compagnies s’éloignent des véhicules thermiques pour se tourner vers les modèles électriques », explique Ravindra Puranik. Ainsi, la plupart de ces pétroliers ont choisi la voie de l’acquisition pour ajouter la technologie de recharge des véhicules électriques à leur portefeuille.

vehicules electriques petroliers

TotalEnergies et Shell en tête

Shell et TotalEnergies figurent en tête du peloton en termes d’investissement. En effet, ces deux compagnies pétrolières réalisent des achats importants dans des domaines liés aux véhicules électriques. A savoir notamment la production d’énergie propre aux technologies de batteries et aux infrastructures de charge. Dans le détail, TotalEnergies a effectué le plus grand nombre de fusions-acquisitions. Avec à la clé le rachat de cinq filiales. Qu’il s’agisse de fabricants de technologies de charge comme G2mobility ou de fabricants de batteries comme Saft. 

De son côté, Shell a racheté trois sociétés : NewMotion, Greenlots et Ubitricity. Une stratégie vers l’électrique encore plus poussée pour Mitsui. Le conglomérat industriel japonais fabrique en effet des équipements d’origine pour les véhicules électriques. Comme le détaille Ravindra Puranik, « Mitsui a investi dans les fabricants de véhicules électriques Lucid et CaetanoBus. La société est également impliquée dans la fabrication et la recharge de batteries pour véhicules électriques grâce à ses investissements dans Forsee Power, The Mobility House et CleverShuttle. »

Plus de bornes de recharge rapide dans les stations-service

Selon GlobalData, ces grandes sociétés pétrolières et gazières européennes vont déployer davantage de points de recharge rapide dans leurs stations-service. Et ce, afin d’inciter les automobilistes à passer aux véhicules électriques. D’ici 2025, Shell prévoit ainsi de déployer plus de 500 000 bornes de recharge dans le monde. Et TotalEnergies qui compte 41 500 bornes de recharge, vise les 150 000 à travers l’Europe. « Offrir une recharge à grande vitesse dans les stations-service semble être une stratégie judicieuse pour fidéliser les clients existants, tout en en attirant de nouveaux », conclut Ravindra Puranik. Des infrastructures que les compagnies pétrolières déploient en Europe, mais également aux États-Unis et en Asie.