Véhicules d’entreprise : – 6,27 % en août 2020

Selon le baromètre mensuel de l’Arval Mobility Observatory, 47 277 véhicules particuliers et utilitaires légers ont été immatriculées en entreprise en août 2020, soit – 6,27 % comparé à août 2019.

3537
véhicules entreprise

La reprise reste difficile pour le marché du véhicule d’entreprise. Frappées par la crise due à l’épidémie de covid-19, les immatriculations de véhicules légers en entreprise ont reculé de 63,49 % en mars, puis de 84,39 % en avril et de 40,39 % en mai. Les ventes ont ensuite repris en juin et juillet 2020, mais sont restées inférieures à celles de 2019 de respectivement – 3,65 % et – 3,90 %.

La situation ne s’améliore pas en août 2020 malgré le lancement du plan de soutien automobile, puisque seulement 47 277 unités ont été immatriculées en entreprise, soit – 6,27 % comparé à août 2019. Cette baisse touche autant les véhicules particuliers (- 7,94 %, 28 101 unités) que les utilitaires légers (- 3,72 %, 19 176 unités). Néanmoins, « la base de comparaison explique en partie cette chute puisque le mois d’août 2019 avait été particulièrement actif en anticipation de changements de normes environnementales », nuance l’observatoire.

Si l’on s’intéresse aux motorisations, « comme les mois précédents, les énergies renouvelables sont dans le vert, alors que les motorisations thermiques sont en recul », note l’observatoire. En effet, 2 960 véhicules hybrides non rechargeables (+ 40,22 %), 2 095 hybrides rechargeables (+ 382,72 %) et 1 351 véhicules électriques (+ 31,04 %) ont été mis à la route en août 2020. Inversement, les immatriculations de diesel ont reculé de 7,79 % à 32 381 unités et celles d’essence de 27,87 % à 8 283 unités.

Voir tous nos articles sur le marché du véhicule d’entreprise

Marché du véhicule d’entreprise : – 25,63 % sur huit mois

Reste que le marché du véhicule d’entreprise réduit peu à peu son retard. « Sur l’ensemble de l’année, il s’établit désormais en recul de – 25,63 % (430 138 VP + VUL) », précise l’observatoire, et ce à jours ouvrés équivalents par rapport à 2019. Il fait en outre mieux que le marché national en baisse de 30,7 % à 1 239 unités.

Alors que le bonus écologique et la prime à la conversion ont été renforcés depuis le 1er juin 2020, les immatriculations de motorisations alternatives sont sans surprise les seules à afficher une hausse. 14 915 véhicules électriques et 34 974 véhicules hybrides ont été mis à la route sur les huit premiers mois de l’année, soit respectivement + 10 % et + 66,22 % comparé à la même période en 2019) ; dont 14 061 hybrides rechargeables (+ 195,09 %) et 20 913 hybrides non rechargeables (+ 28,49 %). Les motorisations thermiques dominent néanmoins les ventes avec 82 563 véhicules essence et 296 299 véhicules diesel immatriculés, mais ont affiché une recul de respectivement 35,84 % et 28,37 %.

Au total, l’observatoire estime les parts de marché à 19,19 % pour l’essence, 68,91 % pour le diesel, 3,47 % pour l’électrique et 8,13 % pour l’hybride.