Véhicules d’entreprise : – 5,37 % en avril 2021 par rapport à avril 2019

Selon l’Arval Mobility Observatory, 70 871 véhicules légers ont été immatriculés sur le marché entreprise en avril 2021, soit une baisse de 5,7 % comparé à avril 2019, faute de comparaison possible avec avril 2020, mois de confinement complet.
4657
Véhicules d'entreprise

Pour ce mois d’avril 2021, l’Arval Mobility Observatory a fait le choix de comparer les immatriculations de véhicules légers sur le marché entreprise avec les chiffres d’avril 2019 plutôt que ceux d’avril 2020, où la France était en confinement économique complet.

Bilan : 70 871 véhicules légers ont été mis à la route le mois dernier, ce qui représente un repli de 5,37 % à jours ouvrés équivalents. Cette baisse a touché tant le segment des véhicules particuliers (41 040 unités immatriculées, – 4 %) que celui des utilitaires légers (29 831 unités, – 6,71 %).

« Les motorisations alternatives sont les seules à tirer leur épingle du jeu par rapport à avril 2019 », note l’observatoire. Ce dernier a enregistré l’immatriculation de 10 547 véhicules hybrides (+ 312,8%) – dont 5 447 rechargeables (+ 707,7 %) et 5 200 non rechargeables (+ 174,7 %) – ainsi que de 2 717 véhicules électriques (+ 53,3 %). En revanche, les immatriculations de VL diesel ont chuté de 18,6 % à 42 502 unités et celles d’essence de 13,67 % à 14 782 unités.

Les immatriculations en baisse de 1,7 % sur quatre mois comparé à 2019

Au total, sur quatre mois, l’observatoire a comptabilisé la vente de 288 242 VL en entreprise, soit – 1,7 % comparé à la même période en 2019, dont 165 510 VP (- 2 %) et 122 732 VUL (- 1,23 %). Côté énergies, l’hybride a progressé de 332,9 % avec 41 125 unités immatriculées depuis le début de l’année, dont 21 739 hybrides non rechargeables (+ 221 %) et 19 386 hybrides rechargeables (+ 611,1 %). S’y ajoutent 11 389 VL électriques, soit + 71,37 %. Inversement, les motorisations thermiques ont affiché un recul de 16,6 % pour le diesel à 177 895 unités et de 10,8 % pour l’essence à 55 536 unités.

Les parts de marché sur quatre mois se répartissent ainsi à 40,75 % pour le diesel, 30,67 % pour l’essence, 14,27 % pour l’hybride (dont 7,54 % pour l’hybride non rechargeable et 6,73 % pour l’hybride rechargeable) et 3,95 % pour l’électrique. « Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,67 % pour l’essence ; 40,75 % pour le Diesel ; 4,85 % pour l’électrique ; 23,42 % pour les hybrides, dont 11,5 % pour les rechargeables et 11,91 % pour les hybrides simples », complète l’observatoire.