Véhicules d’entreprise : – 14,5 % en janvier 2022

Selon l’Arval Mobility Observatory, 54 151 véhicules légers (VP et VUL) ont été immatriculés en janvier 2022 sur le marché des véhicules d’entreprise, en recul de 14,5 % comparé à janvier 2021.
13065
véhicules d'entreprise 2022

Malgré un jour ouvré en plus en janvier 2022 par rapport à 2021 (21 jours contre 20), le marché des véhicules d’entreprise « démarre mal l’année », annonce l’Arval Mobility Observatory. Un constat toutefois « prévisible », compte tenu des délais de livraisons des véhicules neufs, allongés en raison de la crise des semi-conducteurs.

En effet, d’après les chiffres de l’observatoire, les immatriculations de véhicules légers (VL) ont baissé de 14,5 % en janvier 2022 par rapport à janvier 2021. Dans le détail, 32 088 véhicules particuliers (VP) ont été immatriculés (- 9,56 %), ainsi que 22 063 véhicules utilitaires légers (VUL) (- 18,69 %).

Cette chute du marché du véhicule d’entreprise reste toujours moins élevée que celle du marché automobile national, en repli de 18,69 %, avec 131 103 VP et VUL immatriculés sur cette même période.

L’hybride non rechargeable plutôt que l’électrique

Comme en octobre et en novembre 2021, les motorisations alternatives gagnent du terrain sur le marché des véhicules d’entreprise en janvier 2022. Cependant, cette hausse des immatriculations s’observe surtout pour les véhicules hybrides non rechargeables, avec 6 003 VP et VUL, soit + 28,93 % par rapport à janvier 2021. En parallèle, 3 855 VL hybrides rechargeables et 2 548 VL 100 % électriques ont été immatriculés en janvier 2022, soit des hausses respectives de 3,46 % et 6,26 % comparé à 2021. Concernant l’électrique, cette moindre croissance pourrait s’expliquer par la chute des immatriculations des VUL à 711 unités (- 32,35 %).

Un véhicule d’entreprise sur deux en diesel

Cependant, « le diesel capte encore plus d’une immatriculation sur deux en entreprise », note l’Arval Mobility Observatory. Pourtant, le nombre de véhicules d’entreprise immatriculés en diesel s’affiche en repli de 24,57 % (30 724 unités) en janvier 2022 par rapport à 2021. Toujours concernant les motorisations thermiques, l’organisme a comptabilisé 10 378 VL essence, soit – 9,8 % entre janvier 2021 et 2022.

Ainsi, les parts de marché des véhicules d’entreprise par motorisation se répartissent comme suit en janvier 2022 : 56,74 % pour le diesel, 19,16 % pour l’essence, 18,2 % pour les hybrides (11,09 % simples et 7,12 % rechargeables) et 4,71 % pour l’électrique.

En revanche, en tenant compte uniquement du segment VP, les parts de marché se distribuent de la sorte : 36,11 % pour le diesel, 27,61 % pour l’essence, 28,97 % pour les hybrides (17,08 % simples et 11,89 % rechargeables), et enfin 5,72 % pour l’électrique.