Véhicules d’entreprise : – 19,38 % en mai 2021 par rapport à mai 2019

D’après le baromètre de l’Arval Mobility Observatory, 59 382 véhicules légers ont été immatriculés en entreprise en mai 2021, en recul de 19,38 % comparé à mai 2019, le mois de mai 2020 ayant été en partie confiné.
3530
Véhicules entreprise

Comme pour le mois d’avril 2021, l’Arval Mobility Observatory (AMO) a fait le choix en mai 2021 de comparer les immatriculations de véhicules légers sur le marché entreprise avec les chiffres de mai 2019 plutôt que ceux de mai 2020, la France étant alors en confinement.

Selon son baromètre mensuel, 59 382 véhicules légers ont été mis à la route le mois dernier, soit une baisse de 19,38 % avec seulement un jour ouvré de moins par rapport à 2019. Ce recul a concerné tant le segment des véhicules particuliers (36 092 unités immatriculées, – 19  %) que celui des utilitaires légers (23 490 unités, – 19,9 %).

Côté énergies, « la désaffection pour les modèles thermiques prend encore plus d’ampleur par rapport à 2019 », indique l’observatoire. Les immatriculations de véhicules légers diesel ont chuté de 35,66 % en mai 2021 par rapport à mai 2019 à 33 721 unités et celles d’essence de 24,95 % à 12 517 unités.

Inversement, les ventes de véhicules électrifiés ont fortement progressé : 10 391 véhicules hybrides ont été mis à la route (+ 262,8 %) – dont 5 324 rechargeables (+ 775,65 %) et 5 067 non rechargeables (+ 124,6 %) – ainsi que 2 661 véhicules électriques (+ 74,26 %).

Un recul de 5,23 % sur cinq mois comparé à 2019

Au total, sur les cinq premiers mois de l’année 2021, l’AMO a enregistré l’immatriculation de 347 829 VL sur le marché entreprise, soit – 5,23 % comparé à la même période en 2019. La baisse a en particulier touché les VP (201 602 unités, – 5,54 %) mais aussi les VUL (146 227 unités, – 4,79 %).

Là encore, les motorisations électrifiées ont malgré tout tiré leur épingle du jeu. 51 524 véhicules légers hybrides ont été immatriculés depuis le début de l’année, soit + 316,55 % comparé à la même période en 2019. Parmi ces immatriculations, l’observatoire a comptabilisé 24 711 hybrides rechargeables (+ 641,18 %) et 26 813 hybrides non rechargeables (+ 196,76 %). En parallèle, 14 052 VL électriques ont été mis à la route, en hausse de 71,93 %.

En revanche, « les motorisations thermiques voient leur chute s’amplifier dans les flottes automobiles d’entreprise, par rapport à une base de comparaison qui leur était encore favorable en 2019 », commente l’AMO. Les immatriculations de VL diesel ont en effet reculé de 20,34 % à 211 608 unités et celles d’essence de 14 % à 69 058 unités.

18,81 % de PDM pour les motorisations électrifiées

Au final, les parts de marché sur cinq mois en 2021 s’élèvent à 60,84 % pour le diesel, 19,85 % pour l’essence, 14,81 % pour l’hybride (dont 7,71 % pour l’hybride non rechargeable et 7,1 % pour l’hybride rechargeable) et 4 % pour l’électrique. « Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,66 % pour l’essence ; 39,81 % pour le diesel ; 5 % pour l’électrique et 24,12 % pour les hybrides, dont 12,07 % pour les rechargeables et 12,06 % pour les hybrides simples », complète l’observatoire.