Véhicules d’entreprise : – 3,56 % en octobre 2020

Le marché du véhicule d’entreprise a affiché un recul de 3,56 % en octobre 2020 comparé à octobre 2019, avec 81 399 unités immatriculées d’après le baromètre mensuel de l’Arval Mobility Observatory.

931
ventes vehicules entreprise
(c) welcomia / 123RF

Après un repli de 7,42 % en janvier et une progression de 9,8 % en février, les immatriculations de véhicules légers en entreprise ont reculé suite au confinement de 63,49 % en mars, de 84,39 % en avril, de 40,39 % en mai, puis de 3,65 % en juin, de 3,90 % en juillet et de 6,27 % en août. Alors que le marché était finalement reparti à la hausse en septembre (+ 9,09 %), il a de nouveau affiché une baisse en octobre selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory (AMO).

Seuls 81 399 véhicules ont ainsi été mis à la route en octobre 2020, soit – 3,56 % comparé à octobre 2019, avec toutefois un jour ouvré de moins et « une base de comparaison forte en 2019 », signale l’observatoire. Cette baisse a touché tant les véhicules particuliers que les utilitaires légers : 50 238 VP et 31 161 VUL ont été immatriculés le mois dernier en entreprise, en baisse respectivement de 3,18 % et 4,17 %. Mais le marché entreprise s’en tire mieux que le marché national, en repli de 8,5 % en octobre.

Malgré tout, les motorisations alternatives ont progressé en octobre avec 8 116 véhicules hybrides immatriculés (+ 104,23 %) dont 4 018 hybrides rechargeables (+ 362,37 %), ainsi que 2 68 véhicules électriques (+ 51,50 %). Après une surprenante reprise en septembre, les immatriculations de VL diesel sont de nouveau en recul avec – 6,39 % en octobre à 55 569 unités ; de même que les essence en baisse de 21,51 % à 14 944 unités.

Le marché du véhicule d’entreprise en repli de 19,63 % sur dix mois

Sur les dix premiers mois de l’année, le marché entreprise affichait ainsi un repli de 19,63 % comparé à la même période en 2019, avec seulement 591 967 véhicules légers immatriculés à jours ouvrés équivalents dont 349 327 VP (- 20,63 %) et 242 640 VUL (- 18,15 %). À titre de comparaison, le marché national était en recul de 25,5 % à 1 660 696 unités fin octobre. « Le retour du confinement en raison de la reprise forte de la covid-19 en France met fin aux espoirs des professionnels de refaire leur retard sur le dernier trimestre », constate l’AMO.

Les seules gagnantes de l’année 2020 sont les motorisations alternatives, et en particulier les hybrides. 50 634 véhicules légers hybrides ont été immatriculés depuis le début de l’année, soit + 79,11 % par rapport à la même période en 2019, dont 21 132 hybrides rechargeables (+ 237,63 %) et 29 502 hybrides non rechargeables (+ 34 %). De même, 20 395 véhicules électriques ont été mis à la route (+ 20 %).

Inversement, les immatriculations de VL essence ont reculé de 32,1 % sur dix mois à 111 797 unités, et celles de diesel de 22,35 % à 407 400 unités. Au final, les parts de marché s’établissaient fin octobre à 68,82 % pour le diesel, 18,89 % pour l’essence, 8,55 % pour l’hybride et 3,45 % pour l’électrique.