Véhicules verts 2012 : l’hybride et l’électrique en vedette

Le salon de Francfort en est témoin : en 2009, l’électrique faisait ses premiers pas timides, Renault en tête avec l’annonce de quatre modèles ; cette année, c’est une véritable déferlante de véhicules électriques et hybrides à « prolongateur d’autonomie » qui a eu lieu. Voici un panorama de l’offre par segment pour mieux vous aider dans vos choix.

- Magazine N°173
481
Véhicules verts 2012 : l’hybride et l’électrique en vedette

Si la voiture électrique a bien un sens dans les segments A, B et C, elle est beaucoup moins pertinente sur les segments D et H. À l’heure actuelle, il n’y a de fait que les jumelles Chevrolet Volt et Opel Ampera qui dépassent les 4 m de longueur. Un constat également valable pour les utilitaires où la nécessité d’emporter de lourdes batteries pour fournir assez d’énergie n’est pas toujours efficace en rendement : un Renault Kangoo Z.E. ne sera jamais complété dans la gamme par un Master Z.E.

À l’inverse, les motorisations hybrides essence ou diesel électriques, comme le récent Peugeot 3008 HYbrid4, permettent à de gros véhicules d’abaisser considérablement leurs émissions de CO2 et de NOx sans provoquer de surchage pondérale. Et Toyota-Lexus a fait depuis longtemps la preuve qu’un RX450h ou une LS600h sont particulièrement performantes, tant sur la route que pour leur empreinte environnementale. La question se posera de savoir, mi-2012, si la récente Yaris hybride est vraiment plus performante que son homologue diesel…

Bref, notre panorama ne comporte pas de véhicules hybrides dans les premiers segments alors que ceux-ci sont majoritaires dans le segment H des SUV ou des grandes berlines de luxe.