Les ventes entreprises progressent plus vite que le marché

D’après les données de l’OVE, le marché du véhicule d’entreprise a progressé de 11,2 % à 504 406 unités à fin août, véhicules particuliers et VUL confondus.

670
Les ventes entreprises progressent plus vite que le marché

Si les ventes de véhicules neufs ont repris leur marche en avant en août, le marché du véhicule d’entreprise a lui profité de l’été pour accentuer encore son importance sur le marché global. En effet, d’après les statistiques de l’OVE, le marché des entreprises a progressé de 11,2 % à 504 406 unités (VP + VUL) à fin août, représentant désormais plus de 31 % des ventes globales de véhicules neufs en France.

Dans le détail, 299 669 VP neufs ont été immatriculés (+ 11,9 %) durant les huit premiers mois de 2016, tandis que 204 737 VUL ont été écoulés (+ 10,3 %) sur cette même période.

Le diesel se rebiffe

Autre constat fort de l’OVE à l’issue de l’été : la progression de 9,4 % des immatriculations de véhicules diesels sur huit mois, VP et VU confondus à plus de 433 959 unités. Résultat : « la part de marché du diesel dans les flottes d’entreprise a repassé fin août la barre des 86 % et a ainsi affiché sa meilleure performance de l’année », a précisé l’organisme.

Autre conséquence, les ventes de véhicules essence ont enregistré « une petite baisse de régime sur le mois d’août, avec une hausse des immatriculations en VP et VU de 32,9 %, contre 35,4 % en juin et surtout 48,8 % fin décembre 2015 ». Depuis le début d’année, cette motorisation a représenté 54 539 immatriculations pour une part de marché de 10,81 %.

L’électrique cartonne, l’hybride se noie

S’appuyant sur une offre plus étoffée, les véhicules électriques ont, eux, progressé de 43,7 % à fin août à 5 807 unités. Résultat, la part de marché de cette motorisation s’est affichée à 1,15 %.

Une tendance que ne suit pas l’hybride puisque « les mois se suivent et se ressemblent » pour cette motorisation, détaille l’OVE. Le marché est en repli de 13,7 % sur huit mois à seulement 9 642 immatriculations. Si la modification du bonus peut expliquer ce résultat, reste que « l’hybride non rechargeable voit ses ventes poursuivre leur effondrement (- 26,3 %), tandis que l’hybride rechargeable enregistre une progression de 113,6 % (2 145 immatriculations) », un chiffre bien loin cependant de ses records de fin 2015 (+ 306,5 %).