Hybrides rechargeables : record de ventes en juin 2017

Le segment de l’hybride rechargeable a affiché une hausse de 139 % en juin 2017, avec 1 215 mises à la route, contre 507 en juin 2016.

2538
Avere - ventes de véhicules électriques et hybrides rechargeables juin 2017
Source : Avere

Après les 1 906 immatriculations en mai, le mois de juin a également enregistré des ventes record d’hybrides rechargeables. Selon les chiffres de l’Avere, 1 215 VHR ont été mis à la route le mois dernier, soit + 139 % par rapport à juin 2016 (507 immatriculations). Au total, 4 385 hybrides rechargeables ont été immatriculées au premier semestre 2017, contre 3 327 sur la même période en 2016 (+ 32 %).

Une croissance qui tient notamment à la diversification de l’offre des constructeurs. Pas moins de quatre nouveaux modèles sont disponibles en hybride rechargables : la Mini Countryman, la Toyota Prius, la Hyundai Ioniq plug-in et la Porsche Panamera 4 e-hybrid. Le marché reste toutefois dominé par la Mercedes GLE, avec 258 unités vendues en juin, et 1 314 sur les six premiers mois de l’année.

Avere - Répartition des immatriculations de véhicules hybrides rechargeables par modèle en juin 2017
Source : Avere

Plus de 20 000 VE et VHR immatriculés au premier semestre

Le segment des VP électriques s’est également bien porté depuis le début de l’année : 2 773 VP ont été immatriculés en juin (+ 16,5 %) et 13 555 sur le premier semestre, auxquels se sont ajoutés 518 VE équipés d’un prolongateur d’autonomie.

Avere - Répartition des immatriculations de véhicules particuliers électriques par modèle en juin 2017
Source : Avere

En revanche, les immatriculations de VU hybrides rechargeables ont affiché un recul avec 533 unités en juin 2017 contre 578 en juin 2016 (- 7,8 %) ; et 2 606 unités au premier semestre 2017 contre 2 731 en 2016 (- 4,5 %).

Avere - Répartition des immatriculations de véhicules utilitaires électriques par modèle en juin 2017
Source : Avere

Le bilan reste néanmoins positif : 20 456  véhicules, VE et VHR confondus, ont été mis à la route sur les six premiers mois de l’année. « Ce renouvellement n’a été possible seulement parce que certains États ont joué à la fois sur des politiques publiques d’incitation et de contrainte. L’objectif ambitieux d’abandon de la vente de véhicules thermiques à 2040 que vient de fixer le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, est un gage supplémentaire de la voie à suivre pour les industriels », estime Joseph Beretta, président de l’Avere-France.

PARTAGER SUR