Véhicules électriques : la progression reste insuffisante

Selon le baromètre de l’Avere, 4 161 VP et VUL 100 % électriques ont été vendus en juillet et en août 2018, soit + 12,70 % par rapport à l’été 2017, mais la mobilité électrique n’avancerait pas assez vite en France.

1019
recharge vehicule electrique
© macor / 123rf

Malgré ces chiffres encourageants cet été, la progression du marché des VE a été plus faible cet été que l’année dernière. Les ventes avaient en effet affiché une hausse de 34,6 % au mois de juillet-août entre 2016 et 2017, contre seulement 12,70 % entre 2017 et 2018. En revanche, les immatriculations de véhicules hybrides rechargeables ont progressé de 69,31 % avec 2 494 unités mises à la route durant l’été 2018.

2017 2018
Juillet Août Total Juillet Août Total Progression été 2017 – été 2018
Véhicules particuliers électriques 1 510 1 266 2 776 1 734 1 427 3 161 13,87%
dont VP électriques à prolongateur d’autonomie 110 33 143 65 74 139 – 2,80%
Véhicules utilitaires électriques 466 450 916 669 331 1 000 9,17%
Véhicules hybrides rechargeables 822 651 1 473 1 091 1 403 2 494 69,31%

Au total, depuis le début de l’année, 22 974 VP et VUL électriques ont été immatriculés (+ 11,99 % par rapport à 2017) dont 17 542 VP, 4 679 VUL et 753 véhicules dotés d’un prolongateur d’autonomie, soit une part de 1,27 % sur le marché français des véhicules légers.

La France en retard sur ses voisins européennes

« Si la tendance reste globalement positive en France, le marché manque de dynamique au regard des chiffres européens, estime toutefois Cécile Goubet, secrétaire générale de l’Avere-France. La mobilité électrique avance beaucoup moins vite en France que dans d’autres pays. La promotion, les mesures incitatives et aides au passage à la mobilité électriques doivent être davantage soutenues. »

L’association a ainsi profité de la nomination de François de Rugy au ministère de la Transition Ecologique et Solidaire pour militer pour le véhicule électrique, espérant qu’il « contribuera à offrir un environnement réglementaire et fiscal favorable afin de rejoindre les niveaux de croissance du trio de tête des pays européens et ainsi atteindre les objectifs fixés pour 2022. »

PARTAGER SUR