Véhicules d’entreprise : la baisse des ventes de diesel profite à l’essence

Selon le baromètre de l’OVE, la part de marché de l’essence s’est établie à 14,4 % en entreprise sur les quatre premiers mois de 2018, tandis que le diesel a perdu 5,1 points.

1492

D’après les chiffres de l’OVE, 65 006 VP et VUL ont été immatriculés en entreprise en avril 2018, soit + 7,1 % par rapport à avril 2017. Les ventes ont donc été meilleures qu’en mars 2018 où 121 361 VP et VUL avaient été mis à la route, soit seulement + 2,9 % comparé à mars 2017.

Le marché a surtout été porté par les VP avec 37 72 unités immatriculées le mois dernier (+ 8,8 %), même si la croissance reste au rendez-vous pour les VUL (27 434 unités, + 4,8 %).

Côté motorisations, l’essence a poursuivi sa progression en entreprise avec 9 928 unités immatriculées (VP et VUL), soit + 36,2 % par rapport à avril 2017. En détail, 8 992 VP et 936 VUL essence ont été mis à la route en avril 2018.

En conséquence, les ventes de VP diesel ont affiché un léger repli, avec 26 126 véhicules vendus, soit – 1 %. Le diesel reste toutefois la motorisation phare pour les utilitaires : 26 087 VUL diesel ont été immatriculés en avril 2018, soit + 3,2 %. Globalement, le diesel a donc affiché une hausse de 1,1 %.

Les immatriculations de véhicules électriques et hybrides profitent aussi de ce basculement. 948 VP et VUL électriques (+ 43,9 %) et 1 878 hybrides (+ 93,2 %) ont ainsi été mis à la route en avril 2018.

Une recomposition du mix-énergétique au profit de l’essence

Et la tendance est la même sur les quatre premiers mois de l’année. Le marché est en hausse de 6,7 % avec 272 949 VP et VUL immatriculés. Et « la recomposition du mix-énergétique au sein des flottes d’entreprise se poursuit, lentement mais sûrement, au profit de l’essence », note ainsi l’OVE.

Sur les 272 949 unités immatriculées depuis le début de l’année (+ 6,7 %), l’OVE a comptabilisé 39 382 véhicules essence (+ 44 %). La hausse a touché aussi bien les VP (35 654 unités, + 41 %) que les VUL (3 728 unités, + 80,9 %).

En comparaison, les ventes de diesel ont stagné à 220 386 unités (+ 0,4 %), et celles de VP diesel ont même légèrement reculé (112 501 unités, – 0,3 %). Au final, le diesel dispose aujourd’hui de 80,7 % de part de marché, « soit 5,1 points de moins par rapport à la même période de 2017 », indique l’OVE.

L’essence, elle, a grappillé 3,7 points, passant de 10,7 % de part de marché sur les quatre premiers mois de 2017 à 14,4 % sur la même période en 2018. « Sur le seul segment des VP, l’essence affiche désormais une part de marché de 22,4 % », ajoute l’OVE.

À la marge, l’électrique bénéficie toujours d’une part de marché de 1,7 %, avec 4 511 unités immatriculées depuis le début de l’année (+ 41,7 %). Un marché porté par les ventes de VUL électriques (3 728 unités, + 80,9 %) qui ont dépassé celles de VP (2 493 unités, + 38,2 %). Enfin, 2 129 VP et VUL hybrides rechargeables (+ 67,9 %) et 6 295 hybrides non rechargeables (+ 44,2 %) ont également été mis à la route.

PARTAGER SUR